La question de la semaine : Que devient David Herbreteau ?



Rebondir en 2017

texte Vincent Boudet, photos : Vincent, Florent Larmour

La question de la semaine : Que devient David Herbreteau ?

On avait laissé David Herbreteau au soir du GP d'Espagne, pilote Honda Gariboldi MX2 avec une astragale explosée après un énorme crash en première manche, mais depuis, on était sans nouvelles de lui. A force d'enquêtes, nous sommes quand même parvenus à le trouver. Mieux même, le joindre ! Mais ça n'a pas été facile, notre gars était en Sardaigne ! Qu'est-ce qu'il y faisait ? C'est simple, il préparait la prochaine saison de GP, comme moults de ses confrères. "En fait, j'ai passé un mois en Espagne avec les pilotes du team, Ruben Fernandes qui roulera en EMX 250 et le Norvégien Magne Klingsheim qui m'épaulera en MX2, mais nous sommes arrivés hier en Sardaigne pour préparer l'ouverture du championnat d'Italie qui se déroule ce week-end. Ce sera un de nos objectifs 2017, avec le championnat d'Hollande auquel nous participerons en intégralité."

Exilé en Hollande

Et oui, finis les championnats de France pour notre ancien Champion de France Junior, c'est désormais en Batavie qu'il étalera son étonnante attaque. "En fait, ça ne s'est pas super bien terminé avec le team CLS en 2015. Ils avaient dans l'idée de me garder en pilote de rechange au cas où l'un de leurs titulaires se blesse. Mais je n'en pouvais plus de rouler pour eux, rien n'allait. Alors c'est un peu parti en vrille et c'est vrai qu'à un moment, ça m'a cassé le moral. J'ai perdu l'envie de faire ce job. A quoi bon s'investir si c'est pour ne rien gagner ? Heureusement, Gérard Valat qui gérait mes intérêts est parvenu, à force de coups de téléphone, à me trouver une place chez Gariboldi en 250 pour la saison 2016. C'était un bon deal mais tu connais le résultat, je ne suis allé plus loin que le GP d'Espagne où je me suis détruit l'astragale. Du coup, Honda a logiquement gardé Cervellin pour 2017 et je me suis retrouvé à pied. Jusqu'à une course un peu folle en Hollande cet été, le Zwarte Cross (un festival de musique qui mixe les arts du spectacle et le cross !), où j'ai rencontré le père de ma copine avec qui j'étais très en froid, Harry Fase. J'avais déjà roulé pour lui à l'été 2015 et il a eu la gentillesse de me proposer un deal pour 2017 et 2018. Il m'a juste demandé si j'avais l'envie… Ce à quoi j’ai répondu, oui !"

La question de la semaine : Que devient David Herbreteau ?

Un programme à la carte pour rebondir

Bonne nouvelle, on retrouvera donc notre attaquant en Mondial MX2 les deux prochaines années au sein du team hollandais F&H Racing team. Une équipe encore en construction, ce qui explique que son boss, monsieur Fase a prévu un programme évolutif pour le français : il participera en 2017 à tous les GP européens, plus la finale à Charlotte, aux Etats-Unis (ce qui permettra au team de se roder sur les courses overseas) avant d’effectuer en 2018 tous les GP. "Je suis heureux de ce deal car il me permettra de progresser dans de bonnes conditions. En fait, je me suis aperçu que je me suis trompé sur moi-même. J'ai été mis sur un piédestal après mon titre en Junior qui m'a ouvert des portes avec ces deals de pilote usine chez Kawa ou Honda. Mais j'étais encore trop jeune pour tout encaisser. Ils sont deux à avoir su digérer cette situation, Roczen et Herlings. Moi, je n'ai pas été capable, j'étais trop jeune puisque je n'ai aujourd'hui que 18 ans. Voilà donc ce que je veux parvenir à faire les deux années à venir. Me construire et progresser. J'évolue avec une petite équipe autour de moi, en Hollande, qui comprend juste les gens du team et mon père (Il a coupé les ponts avec Bruno Losito). On est tous focalisés sur une chose, progresser. C'est pour ça que je n'ai qu'un objectif, finir la saison et apprendre."

Concentré sur son objectif

Niveau matériel, David disposera selon ses dires d'une bonne machine. Harry Fase étant passionné de Kawasaki, il roulera sur une KX-F 250 bardée de bonnes pièces. La patron est propriétaire d'une belle société et ne regarde pas à la dépense. Il paye toutes les pièces, de la durit de frein au piston haute compression. Sa passion n'a pas de limite. Quoiqu'il en soit, David a tiré un trait définitif sur l'Europe MX250. Ne compte que le Mondial. "C'est un beau championnat l'EMX250, mais franchement, qu'est-ce qu'il a à offrir. Regarde le hollandais Kouwenberg. Malgré son titre, il n'a eu aucune proposition pour monter dans un bon team. Mon objectif, c'est le MX2, et le championnat hollandais car on y roule dans le sable avec les meilleurs. D'ailleurs, je ne ferai pas l'Elite. Ça roule bien, mais je ne veux pas m'éparpiller. Et pouvoir prêter le flanc à la critique comme ce fut le cas l'année dernière après Sommières. Je veux faire mon truc à ma façon, sans me soucier de personne en me concentrant juste sur mon travail. L'idée, encore une fois, c'est d'aller au bout de cette saison, en signant du top 5/8 si possible."