Question de la semaine : Qui est Jorge Prado, futur espoir des GP ?



Prado, la perle ibère

Par La rédaction - Photos Red Bull

Question de la semaine : Qui est Jorge Prado, futur espoir des GP ?

Déjà, du haut de ses 13 ans, Jorge Prado affichait ses ambitions : « je n’ai pas une idole, mais deux. J’aimerais devenir comme elles, être le meilleur, en combinant les titres de Cairoli et le style de Roczen. ». Ses objectifs sont clairs : « être champion du monde en MXGP et champion AMA aux USA ». Et d’enchaîner, sans ambages : « les pilotes les plus expérimentés vont devoir travailler très dur pour arriver à me battre ». Il faut dire que le jeune ibère est tombé dans la marmite du haut niveau depuis tout petit : repéré par KTM dès l’âge de 10 ans, il signe son premier contrat officiel avec les autrichiens avant d’emplâtrer la même année la couronne de champion du monde 65 cm3. Il devient donc le plus jeune champion du monde de l’histoire du motocross, tout en donnant à l’Espagne un deuxième titre dans la discipline après celui décroché par Campano (le MX3 en 2010). Caramba !

 

 

Jorge le prometteur

C’est pourtant par le trial qu’il débute à l’âge de 3 ans. Quoi de plus normal pour le compatriote des prestigieux Tarrès, Raga et Bou ! Avant de bifurquer vers le motocross dès 6 ans. Il commence alors à gagner ses première courses, sans oublier d’où il vient : « les gens me disent que j’ai une bonne technique et je crois que c’est vrai. Le trial que j’ai pratiqué depuis ma tendre enfance m’a beaucoup aidé à acquérir les bases. » Fou de motocross, Jorge pratique également le BMX à côté, pour s’amuser. Mais chaque jour qui passe, il boit, mange et respire MX ! A tel point que ses parents décident de tout sacrifier pour le minot. Devenu le protégé de Stefan Everts, alors manager du team KTM Factory, la famille Prado déménage en Belgique, pas loin de Lommel. Pour celui qui vise le plus haut niveau, c’est en effet dans le nord de la Belgique que ça se passe, « pour pouvoir s’entraîner sur les meilleurs circuits et avec les meilleurs pilotes ». Réaliste, le jeune prodige est conscient du pont doré qui lui est offert : « je suis dans le meilleur team et basé en Belgique où je peux m’entraîner au mieux. J’ai également ma famille derrière moi, donc je suis dans des dispositions idéales ». Il doit cependant s’acquitter de sa scolarité, ce qui n’est pas toujours simple : « jusqu’à présent, j’ai réussi à concilier les études et le sport. J’apprends parfois dans ma chambre d’hôtel et je passe mes examens au retour des courses, mais pour l’instant mes notes sont satisfaisantes. Plus tard ce sera peut-être plus difficile de continuer à faire les deux, c’est pour ça que j’essaye d’en faire le maximum maintenant ! ». Sacré champion EMX125 en 2015, après le titre en 85 cm3 l’année d’avant, le jeune Jorge avait prévu de s’aligner logiquement en EMX 250 pour 2016. C’était sans compter une fracture de la clavicule contractée sur le championnat espagnol, qui allait compromettre son début de saison. Encore un coup dur, car avec une fracture de la jambe et une rate abîmée, le corps de l’ado de 15 ans est déjà marqué.

Question de la semaine : Qui est Jorge Prado, futur espoir des GP ?

Jorge l’impétueux

Raisonnablement, avec Joël Smets et l’usine KTM avec laquelle il vient de resigner pour 6 ans (jusqu’en 2022 !), ils décident d’attendre pour que tout se consolide au mieux. Avant de reprendre le train en marche en Lettonie et de s’installer à la 4e place du provisoire EMX 250 après l’Italie. Puis tout s’accélère, puisqu’il saute les étapes dès Lommel en s’inscrivant en MX2, alors qu’Herlings est sur la touche, blessé. En fin de saison dans les sables d’Assen, pour le dernier GP « européen », le jeune poulain est surmotivé. Il possède sûrement une petite idée derrière la tête : « je suis excité et j’aimerais être en tête d’une manche pour être en photo devant Herlings, déclare en rigolant l’effronté avant la course. » Dans son esprit il y a sûrement le fait d’armes de ces deux mentors, Roczen et Herlings, qui ont chacun obtenu leur première victoire en grand prix l’année de leurs 15 ans. L’incroyable se produit effectivement, mais dans la deuxième manche : la crevette Prado signe le holeshot et tient tête à son coéquipier et leader de la catégorie pendant un long moment, avant de s’incliner et de finir deuxième. Pas assez pour rentrer dans l’histoire, mais sa motivation et sa hargne devant le tenant de la plaque rouge ont déjà marqué tous les esprits. Bien que les mauvaises langues persistent à croire qu’il était avantagé dans le sable, qui plus est dans son jardin…

Le moment de vérité

Conscient des marches qu’il lui reste à grimper, le #61 est devenu un véritable bourreau de travail durant l’hiver. Comme en 2016, il s’est rendu durant l’intersaison aux Etats-Unis pour rouler en supercross, profiter du soleil et prendre la température. « chaque chose en son temps, tempère le jeune ibère. Pour l’instant, je suis concentré sur le championnat du monde. Si je dois partir aux US, ce sera dans de bonnes conditions. Avec un titre mondial en poche ou du moins un niveau extrêmement élevé, ainsi qu’une préparation correcte. Les deux championnats sont très distincts, c’est difficile d’être performant sur les deux continents. » Step by step. Pour l’instant, c’est la campagne 2017 et le MX2 qui l’attendent. Pour ça, l’adolescent s’est renforcé physiquement en s’entraînant en Italie, en Espagne et en Sardaigne. Et il a travaillé les circuits « durs », où il sait qu’il est perfectible. S’il met tous les atouts de son côté, le pilote espagnol sait que le championnat est très ouvert et que pas mal de changements l’attendent, avec un nouveau team et une nouvelle machine. Conscient des enjeux, il reste confiant : « j’arrive en MX2 avec une motivation énorme, je vais tout donner tout en essayant de rester calme et détendu. La saison sera longue, il sera primordial d’être régulier, de terminer les manches et surtout de ne pas se blesser ». Son objectif ? « Terminer dans le top cinq. Sincèrement je crois que c’est possible ». Connaissant l’animal, il y a fort à parier que secrètement, Prado rêve de dépasser ses maîtres en étant le plus jeune pilote du monde à décrocher le titre MX2. Tout en offrant à son pays, l’Espagne, à l’instar de Lorenzo ou Marquez en vitesse, une des couronnes les plus renommées en motocross. L’histoire, en effet, serait belle !