Divers

Jean-Michel Bayle, une carrière en or massif

Article ajouté le 11/05/2020

Le monde des compétitions motocyclistes a toujours vu les pilotes français bien réussir dans ses épreuves, avec une préférence certaine pour les épreuves de rallye-raid ou de motocross. On pense notamment à un champion d’exception comme Stéphane Peterhansel, recordman du nombre de victoires sur l’épreuve reine qu’est le Dakar.





Dans le monde du motocross, les tricolores ont eu un peu moins de réussite malgré quelques beaux succès. Dans la catégorie reine MXGP, seul Romain Febvre (qui a récemment changé d’écurie) peut se targuer d’être champion du monde, tandis que des pilotes comme Yves Demaria, Marvin Musquin ou Jordi Tixier ont obtenu leur couronne planétaire dans des catégories un peu moins prestigieuses. Mais avant eux, c’est une personnalité d’exception qui avait posé les bases : Jean-Michel Bayle. Retour sur la carrière du plus grand pilote français de tous les temps.

Un début de carrière dans le motocross

Originaire de Manosque, c’est dans le monde du motocross que Jean-Michel Bayle lance sa carrière professionnelle de pilote après un parcours chez les jeunes récompensé par de multiples trophées. En effet, la moto et JMB, c’est une histoire qui remonte à la petite enfance. Il a obtenu sa première moto à seulement 8 ans et c’est grâce à un ami de la famille, le cascadeur Alain Prieur, qu’il allait progresser très rapidement et prendre une assurance essentielle dans cette discipline.Le jeune français n’attendra pas bien longtemps avant de décrocher son premier titre de champion du monde à seulement 19 ans (1988) dans la catégorie 125cm3. S’en suit un second titre dans la catégorie d’au-dessus (250cm3) dès l’année d’après. C’est à ce moment-là que sa carrière va prendre une tournure particulière. Au lieu de vouloir écraser sa discipline, le motocross traditionnel, il a voulu accomplir son rêve. Direction les États-Unis pour réussir à briller dans le dérivé US du motocross, le supercross. Après une première année pleine de promesses, il réussit un triplé inédit (motocross 250cm3, 500cm3 et Supercross) qu’aucun pilote n’avait pu faire dans l’histoire du sport. La légende baptisée The Frenchie était née.

Une volonté de s’imposer sur tous les terrains

Dès 1993, Jean-Michel Bayle décide de partir du monde du tout-terrain pour conquérir celui de la route. Les débuts seront compliqués tout d’abord en catégorie 250cm3 avec le jeune et talentueux Max Biaggi, puis dans la catégorie reine où il côtoiera la légende Mike Doohan. On ne pourra retenir que deux pôles positions de ce parcours dans la vitesse, mais il n’aura jamais vraiment eu l’occasion de piloter une des meilleures motos du plateau. Sa carrière va tout de même se finir de la meilleure des manières avec son arrivée dans le monde de l’endurance. Il va ainsi accrocher deux des plus belles courses du monde à son palmarès, le Bol d’Or (2002 et 2003) et les 24 Heures du Mans version moto (2003). On lui pardonnera ses quelques courses auto que l’on comprend aisément. Son corps aura subi près de 25 ans des secousses du deux-roues.

Une entrée dans la postérité

Malgré une carrière à couper le souffle et un palmarès comme peu de champions ont eu dans leur carrière, la vie de pilote de Jean-Michel Bayle n'est pas aussi lucrative que celles des sportifs les mieux payés au monde. Peu importe, il est définitivement entré dans la postérité de son sport en ayant réussi à performer dans tant de disciplines différentes. De nombreux classements internationaux pensent à lui lorsqu’on parle des dix meilleurs pilotes de l’histoire. La reconnaissance la plus importante est d’ailleurs arrivée dès le début des années 2000, preuve de son aura légendaire, avec son intronisation au fameux American Motorcycle Hall of Fame.

Aujourd’hui, le tout jeune cinquantenaire est toujours très impliqué dans le milieu. Après avoir coaché pendant quelque temps le meilleur pilote français en MotoGP, Johann Zarco, il se murmure qu’il pourrait reprendre du service. Son expérience pourrait en tout cas faire énormément de bien à cette nouvelle génération pour concrétiser les prémices que nous pouvons souvent voir dans les catégories jeunes.

 

Dernières vidéos

  1. Vidéo : 36 minutes avec Eric Péronnard
    éric péronnard
  2. Vidéo : OFF TRACK, le MX à la française
    off track
  3. Vidéo : le team manager du team Honda SR Motoblouz en mode confinement
    josse sallefranque
  4. Vidéo : Moto Spy saison 4 épisode 6
    moto spy, s4e6, sx us
  5. Vidéo : Toronto 2014 Supercross, la démonstration de James Stewart.
    james stewart toronto