MX France

David Herbreteau : "Retrouver goût à la compétition."

Article ajouté le 11/01/2019

Le retour, 4

 

Il sera ce week-end à Grayan et l’Hopital pour disputer la cinquième épreuve du Championnat de France des Sables. Lui, c’est David Hebreteau, éternel espoir promis à une carrière internationale qui s’est retrouvé à pied à la fin de la saison 2018 après une année encore infructueuse… Objectif, retrouver du plaisir.

 

« C’est un ami qui m’a proposé de rouler à Grayan. Son fils était inscrit, mais il s’est déboîté l’épaule il y a peu et il m’a demandé si ça m’intéressait de rouler avec sa place, avec sa machine. J’ai accepté mais j’avoue que je n’ai aucune prétention. Je n’ai pas roulé depuis un moment dans le sable, je ne connais pas la machine et surtout, je ne vais pas là-bas pour faire un résultat. Je veux juste reprendre goût à la compétition et découvrir une autre ambiance que celle des GP. C’est bon, j’ai vu ce que c’était. C’est un coup d’essai, mais je ne sais pas si je serais au Touquet. Pas sûr. Mon objectif, c’est l’Elite. J’y fais mon retour avec une machine privée sur le MX2 avec mon père, un mécanicien et quelques sponsors qui m’ont toujours été fidèles. Je voulais à moitié rouler en MX1 mais Nico Aubin, mon beauf, m’a conseillé de rester en 250. En tout cas, peut être que je ferais une ou deux courses sur l'Europe 250 si ça se passe bien, mais pas certain… J’avoue que cet hiver, j’ai un peu perdu goût à la compétition. Après tant d’années à ne faire que ça et après trois années à enchaîner les blessures et les déconvenues, j’étais un peu usé. En plus, des soucis personnels se sont greffés sur tout ça.

L’histoire aurait pu être différente pour 2019 car j’ai eu deux propositions intéressantes cet hiver, l’une émanant de Bud Racing et l’autre du team VRT qui devait s’associer avec Oxmoto, un concessionnaire que je connais bien, mais ni l’une, ni l’autre n’a aboutie et je me suis un peu retrouvé le bec dans l’eau. Et puis quand on a voulu regarder avec mon père combien coûterait une saison d’Europe avec nos propres moyens, on a vu que ça n’en valait pas la peine… Surtout que je ne veux plus qu’il investisse ses sous pour que je roule. A 21 ans, je dois me débrouiller… Bref, cette année, mon programme sera réduit au championnat de France pour tenter de relancer une carrière un peu en stand-by. »

VG, photos DH
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. Honda présente une CR électrique
  2. VIDEO : Le résumé du grand-prix d'Argentine
  3. Supercross d'Atlanta : Les finales 250 et 450 en vidéo
  4. Vidéo : le team VHR en action
  5. Supercross de Detroit : Les finales 250 et 450 en vidéo