MX France

Interview : Mathys Boisramé

Article ajouté le 11/12/2016

Champion de France Elite et 15e du championnat d’Europe pour sa première année en 250 4T, le breton rempilera en 2017 au sein de la structure italienne Assomotor aux côtés de Valentin Guillod, Alessandro Lupino et Alberto Fortado. Une nouvelle équipe qui héritera du support officiel de Honda, la garantie de disposer d’une bonne machine. Nous l’avons rencontré lors de la présentation de la nouvelle CR-F 450, l’occasion de le questionner !

Comment s’est fait le rapprochement avec cette structure italienne ?

En fait, j’ai reçu une première proposition de JTech, un team européen qui est passé de Honda chez Suzuki cet hiver. Je les intéressais pour disputer les Grand-Prix. Puis Assomotor m’a également contacté pour 2017, toujours pour l’EMX2 cette fois. Et mon choix c’est fait en fonction de mes objectifs qui étaient déjà de progresser en Europe. Les GP, c’est trop tôt je pense. Je préfère bien bosser et être devant en EMX2 que d’être loin derrière en Mondial. Je veux prendre mon temps.

As-tu essayé une moto ?

Chez Assomotor, non. Mais chez JTech, oui. Elle m’avait beaucoup plu. D’emblée je m’étais senti bien sur la CR-F et c’est ce qui m’a aidé à privilégier la piste Assomotor, sur les Honda.

Un truc important à préciser, c’est ton statut. Tu payes ton guidon ?

« Non. C’est le team qui est venu me voir, assez tôt dans la saison d’ailleurs. Et ça faisait plaisir car ils avaient l’appui de Honda Europe. Bon, j’avoue qu’au début, j’étais d’autant plus surpris que je ne voyais pas trop quel team c’était (rires) ! Mais bon j’avais confiance car c’est Gérard (ndr, Valat), qui représente mes intérêts. »

Ton bilan de ta première saison d’Europe, de 250.

« Et bien, c’est correct. On a roulé, avec Hervé Agnéré de Tip Top Racing, contre des pilotes officiels, équipés de machines usines et on s’est plutôt bien débrouillés, même si j’avoue, j’espérais mieux. Dommage que ma blessure en Suisse ait un peu ternie ma fin de saison. Car je me sentais super bien lors de cette course. J’avais d’ailleurs signé le pôle le matin… »

Rappelles nous ta blessure ?

« Je me suis écrasé le majeur contre le levier d’embrayage en tapant un piquet et j’ai perdu un bout de phalange. Il a été comme cisaillé par le levier, c’est incroyable. Et douloureux !»

Qu’est-ce qui va changer dans ta vie avec ce départ pour un team italien ?

« Peu de choses en fait. J'aurais toujours mon père et le même coach sportif à mes côtés. Mon programme sera chargé puisque je participerai à tout l’Elite, le championnat d’Europe, peut être le SX… Non, surtout, le gros changement, c'est que je vais passer pas mal de temps cet hiver en Sardaigne faire connaissance avec le team, mes coéquipiers et bien bosser. Il y a pas mal de circuits sable à priori. Et puis j'ai une course de préparation le 29 janvier, une épreuve comptant pour le championnat italien. Peut être aussi que je ferai le Touquet… On doit encore en discuter avec le team et Honda. »

Tu viseras le titre en Europe ?

« Oui. Maintenant, il faut voir aussi le début de championnat. Y’a pas mal de courses de sable et il faut voir comment je les négocie car je sais que j’y ai pas mal de lacunes. Il faut bien travailler cet hiver et ensuite ne pas trop se prendre la tête. »

Vincent Boudet, photo Louis Hossi
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. MXGP Portugal : Le récital de Kjer Olsen
  2. Justin Barcia fait chanter sa Z dans son jardin
  3. 24MX Tour au Domaine de Foolz : Le résumé vidéo du dimanche
  4. VIDEO : 2019 250SX West Champion - Dylan Ferrandis
  5. Comment nettoyer son carburateur moto - Tuto by 3AS Racing