MX France

Interview : Valentin Teillet "Sommières était un bon test avant l'Elite

Article ajouté le 06/03/2017

Vainqueur du motocross de Sommières (30) hier devant près de 1500 spectateurs, Valentin Teillet s’est rassuré sur sa préparation à deux semaines de l’ouverture de l’Elite à Saint-Jean d’Angely. Nous lui avons passé un petit coup de phone pour savoir ce qu’il avait pensé de sa prestation.

 

Alors Valentin, heureux ?

Oui, je suis plutôt content de mon résultat puisque je remporte l’épreuve au général en ayant signé un 2/1/3. J’ai pas mal roulé à chaque fois, même quand il me fallait revenir devant ce qui est arrivé en première et en dernière manche où je me suis bien raté au départ. Trop de patinage…

Il y avait un beau plateau, tu penses que les gars roulaient à toc ?

Je ne sais pas pour eux, mais dans mon cas, c’était le cas. J’étais à bloc. L’idée, c’était de se mettre en condition de course pour faire le point sur le physique et la moto à deux semaines de l’ouverture de la saison. Mais c’était le cas pour une majorité de pilotes à mon avis. Ça n’amusait pas le terrain devant !

Te voilà en position pour signer une belle année ?

C’est ce pour quoi nous travaillons, maintenant… On verra bien ! Je ne veux pas me mettre de pression sur le résultat final. Je donne mon meilleur et après, nous ferons le bilan. En tout cas, je ne me suis jamais senti aussi bien sur ma machine. Le fait d’être dans ma propre structure, VRT 3AS Racing, et de pouvoir choisir les pièces à monter est un gros avantage. Je me suis fait la machine que je souhaitais et en terme de feeling, ça fait une grosse différence.

Précisément, qu’as-tu apporté comme modifications ?

Et bien, j’ai monté une fourche Ohlins et si la Showa d’origine va très bien, il y a quand même un progrès en terme de réglages et de confort. Je ressens mieux les changements de settings et comme avec Jérome Hémery (HRS Suspensions), on se comprend bien, le résultat est là : j’ai une super moto. J’ai hâte de recevoir mon amortisseur, maintenant…

Et en moteur.

Pareil, on a pas mal bossé avec un préparateur de mon coin, Arnaud Concept et je peux te dire que j’ai une moto qui craque. Je n’en reviens pas moi même ! Je ne l’avais pas ce week-end, je roulais avec ma machine d’entraînement, mais je suis certain d’avoir une arme pour l’Elite. Et elle ne serait pas ridicule en Mondial. Maintenant, il est clair que la CR-F 2017 est une très bonne base de travail.

Et le bonhomme dans tout ça ?

J’ai pris un peu de retard dans ma préparation, le fait de l’arrivée tardive des motos en France, mais ça va mieux. A Lacapelle, je n’étais clairement pas au niveau mais depuis, j’ai comblé mes lacunes, même s’il me reste encore à bosser pour être à mon top. Ce que je vais faire dans les deux semaines qui viennent. Je travail avec un nouveau préparateur physique, un ancien basketteur pro, et je suis super content de résultat. Ses exercices de musculation étaient assez similaires à ceux de Jacky (ndr, Vimond), c’est bon signe. Il a compris ce qu’il nous fallait à nous autres, les crossmen.

Tu es parti quelques jours à la Réunion, c’était quoi l’idée : vacances ou boulot ?

J’y allais pour bosser. J’ai pu partir dans de bonnes conditions car j’y ai un pote qui roule bien et mon intention était de rouler et bosser sous de fortes chaleurs. Là-bas, il fait entre 35 et 40 degrés et ça te tire dessus quand tu forces. Je crois que ça m’a permis de gagner un peu de temps au final. Et sans doute de me préparer pour l’été ici.

Bref, tu as toutes les cartes en main pour faire fort ?

Encore une fois, je donnerai tout ce que j’ai. On bosse intelligemment avec Mickaël (ndr, Vrignon, le team-manager) car chacun à ses propres tâches à accomplir et je pense que ça porte ses fruits. Il gère, je m’entraîne et je m’occupe un peu de l’intendance avec le mécanicien, c’est parfait. On ne se marche pas sur les pieds et on va dans la même direction ensemble. Si j’ai besoin d’aller rouler dans le sud parce que je sens que j’en ai besoin, Mickaël me laissera partir. Il sait que je n’irai pas en balade. Tout est comme ça, pour qu’au final, on fasse une bonne année. Maintenant, pas de pression, juste l’envie de bien faire !

La rédaction, Photos Kevin François, Manu Renaud (communiqué de presse)
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. Sand it : épisode 2
  2. Les trois manches de la Monster Cup
  3. Les pilotes Yamaha pour la saison sable
  4. Le Freestyle électrique
  5. Motocross des Nations européennes en Pologne