MX US

Interview : Dylan Ferrandis se livre après le titre

Article ajouté le 13/10/2020

Dylan Ferrandis a remporté le titre outdoor 250, vous êtes sûrement au courant si vous avez un tant soit peu d'internet, même en 56K. Interrogé après la course lors de la dernière conférence de presse de la saison, le pilote Yamaha s'est livré plus que d'ordinaire pour une chouette interview traduite ici. Enjoy. 


"Pourvu que l'autre gland d'MX2K ne me porte pas la poisse !"

Dylan, félicitations ! Ça a été une superbe saison pour toi. On voit bien que tu n'es pas venu pour plaisanter cette année. Tu as eu deux belles annés en SX. Tu as un aperçu l'an dernier contre Adam Cianciarulo, maintenant le titre est à toi. Qu'est-ce que ça fait d'être champion US outdoor ?
C'est super. Le but est atteint. Je suis fier et honoré. Ça a été une saison folle. Je n'ai jamais pensé que je serai champion US SX et MX la même saison. C'est génial, vraiment ! J'ai vraiment travaillé donc je le mérite dans un sens. On a eu des hauts et des bas en outdoor, mais terminer second comme l'an dernier derrière Adam, c'est quelque chose que je ne veux pas revivre. J'étais si frustré, je devenais fou à cause de ça. Après le championnat SX l'an dernier, je n'étais pas vraiment prêt. Je n'avais plus assez faim pour gagner et lui oui, et j'ai payé le prix. Donc cette année, je voulais vraiment tout gagner quand j'étais derrière la grille, et rien d'autre. C'est ce que j'ai fait, c'est génial. Une saison parfaite pour moi. Comme je l'ai dit, je rêvais d'être champion SX et MX, mais les deux dans la même saison, c'est inattendu et génial.

Comment as-tu approché la course ? Tu paraissais être là pour essayer d'aller chercher la victoire si besoin.
Oui, je suis parti dans l'idée de gagner, mais en même temps c'est le championnat que je voulais le plus. Donc c'était le but principal et je savais que s'il fallait en lâcher un peu, je le ferais. En première manche j'étais content car J-Mart était derrière moi. Je me suis dit, OK, on y va ! Ça va être la guerre comme à Millville. Ensuite j'ai creusé un petit écart, passé mon coéquipier (NDR : Cooper) pour finir second derrière Jett. Après ça, j'ai senti que c'était quasiment fait. J'avais 22 ou 23 points d'avance, donc c'était OK, je suis en sécurité maintenant, je peux me détendre. En deuxième manche j'ai pris un bon départ, j'ai vraiment essayé de gagner, mais j'ai eu une petite chute dans le fond du terrain. C'était tellement poussiéreux que je n'ai pas vu où j'ai mis mes roue et je suis tombé. Après, j'ai poussé un peu pour revenir devant. À un moment je me suis dit OK, c'est parfait. J'ai juste fini la manche et profité de mes derniers tours sur la 250. La Monster Energy/Star Racing Yamaha, c'est tellement une machine incroyable. J'ai profité et remporté le championnat.

Toi et ta femme, vous comptez acheter quelque chose de fun avec le bonus ?
Je ne sais pas. On n'y a pas réfléchi. On pense à notre futur, qui est de monter en 450. La plupart des pilotes 450 ont une maison en Californie et une en Floride, donc c'est peut-être quelque chose qu'on va faire. Honnêtement, l'an dernier on a fini de payer la maison avec le bonus et c'était assez pour nous. On n'a jamais eu pour but de devenir riches. Donc après ça, on était super contents, et maintenant je ne sais pas. Les bonus sont arrivés encore, encore et encore, c'est génial. Aussi, j'ai de supers sponsors qui veulent déjà nous offrir des cadeaux, c'est ce qu'ils nous ont dit aujourd'hui. Mais on vit normalement. On n'a besoin de rien de plus que tout le monde. Je pense qu'on va regarder les maisons en Floride pour se mettre dans les meilleures conditions pour la 450.


2/5 malgré un crash en seconde manche, une parfaite conclusion à une parfaite saison. Bravo Champion. Et bravo à DV aussi ! 

Tu as déclaré que l'an dernier tu n'étais pas dans les meilleures dispositions mentales et tu as rectifié le tir cette année. Penses-tu avoir la même mentalité pour monter en 450 et être devant ?
Oui, absolument. Je sais que j'ai fait une erreur et j'ai appris. Au final, c'était une bonne chose, ça m'a rendu meilleur. Je pense qu'Adam et Chase Sexton m'ont eu peu montré le chemin pour l'an prochain. J'ai vu ce qu'ils ont fait et je me suis battu avec eux, donc je peux faire pareil qu'eux, et même mieux si je travaille dur. Donc oui, je suis conscient du challenge mais on va travailler cet hiver et on verra bien. Tout sera nouveau, le team, la moto, le championnat. Je ne peux pas dire grand chose, on verra l'an prochain.

Tu es tombé en début de seconde manche, ça t'a inquiété ?
Non, pas quand je suis tombé, mais au moment du départ de la seconde manche quand j'ai vu mon coéquipier Justin Cooper avoir un problème avec la moto. Je suis chié dessus ! Je me suis dit non, je ne veux pas être encore un français qui échoue à décrocher ce titre. J'ai eu vraiment peur. Mais j'ai pris le départ, puis je suis tombé dans le fond, dans une partie vraiment merdique du terrain, au passage. Ensuite je suis revenu et à cinq tours de la fin, j'ai essayé de préserver le moteur, rouler coulé et finir. La chute n'était pas le problème, c'était de voir Cooper avoir un souci mécanique qui m'a fait flipper.

Si tu gagnais la première manche et Martin finissait quatrième, tu étais champion. Tu le savais ?
Évidemment ! J'ai parlé avec Jett après la manche, je lui ai dit « Je devais te passer pour le championnat ! » J'ai essayé, mais avant le dernier tour j'ai commis une petite erreur et perdu du temps. J'ai un peu abandonné. Enfin, pas abandonné, mais je n'étais plus assez près pour tenter une attaque. J'étais au courant mais c'était plus fun de gagner le championnat en deuxième manche qu'en première.

Tu connaissais donc cette sorte de malédiction française en outdoor ?
Oui, bien sûr. Je suis ce championnat depuis des années, j'ai vu ce qui est arrivé dans le passé. En dernier à Marvin, qui a eu un problème mécanique à la finale. Donc c'est sûr que j'y ai pensé. Et la presse française en a parlé cette semaine (NDR : oui, c'est nous!). J'ai regardé pour voir ce qu'ils disaient. Je ne crois pas en la chance ou les trucs comme ça, et on a prouvé que ça ne marche pas comme ça.

Marvin était là pour te féliciter après la manche ?
Oui, il était là. On est les deux seuls français dans ce championnat donc évidemment on parle. Il était heureux. C'était un moment sympa pour lui et pour moi. On parle parfois. On n'a pas forcément le temps de sortir ensemble, mais on discute sur les courses. Il est la seule personne avec qui je peux parler de ce qu'on vit tous les deux. Je sais ce qu'il vit tous les jours, et inversement. Donc parfois ça nous réconforte de parler ensemble, quand on passe du temps tous les deux. J'aurais aimé qu'il gagne aujourd'hui, mais ça ne s'est pas fait. Il était content pour moi. C'était un beau moment.


Dylan a Millville, sur le terrain des Martin, pour la course qui a fait basculer le championnat selon lui. 

Quels moments forts ressortent de cette saison, avec le recul ?
Millville, évidemment, et l'énorme bagarre avec J-Mart. Le fait que j'ai gagné chez lui et repris la plaque rouge, je pense que ça a fait une grosse différence au championnat. Comme je l'ai déjà dit, c'est mon terrain préféré et je n'ai jamais bien scoré là-bas. Ça a été une course importante pour moi.

Tu as eu une belle bagarre avec Jett Lawrence et tu sembles avoir du respect pour lui. Qu'est-ce que tu penses de son potentiel ?
J'ai beaucoup de respect pour tout le monde je pense, pas seulement Jett. Mais il est cool avec moi. Je le connais, on a roulé pour le même team en Europe. Il était en 85 cm3 et moi en MX2. Il était plus jeune et timide, mais je rigolais bien avec son frère Hunter à l'époque, c'est comme ça que je l'ai rencontré. Donc c'était marrant de le revoir et de rouler ensemble. Beaucoup de respect. Ce qu'il a montré cette saison est superbe pour son âge. On n'a jamais eu la chance de passer du temps ensemble pour pouvoir lui donner les conseils que j'aurais aimé lui donner. Aujourd'hui sur la grille en seconde manche on était à côté, et je ne me rappelle plus quoi mais je lui ai fait une blague sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Je pense évidemment qu'il est l'avenir du sport. S'il reste à l'écart des réseaux sociaux qui peuvent rendre fou, il peut vraiment être une future superstar.

Dernières vidéos

  1. Vidéo : Lars Van Berkel et Nathan Watson, les Beach Boys sont de retour !
    beach boys
  2. Vidéo : Gautier Paulin en GoPro à Mantova 2
    gropro paulin
  3. Vidéo : Sunday Ride avec Dorian Juin à Chartainvilliers (28)
    sunday ride
  4. Vidéo : les meilleurs moments du MXGP à Faenza 1
    Maxime Renaux
  5. Vidéo : championnat Prestige italien avec la victoire de Lupino et Guadagnini
    lupino