MX US

Le Feuilleton à Tonton Riton : HVA relance sa légende américaine

Article ajouté le 01/03/2017

HVA, la légende de retour

Salut les p’tits n’veux ! Aujourd’hui j’aimerais vous causer d’un événement qui va se dérouler aux Amériques ce week-end, réservé aux possesseurs et autres amoureux des motocyclettes de marque Husqvarna. Une première surfant sur la remarquable légende Husky, définitivement iconique au sein de la communauté off-road US. C’est un beau roman, c’est une belle histoire…

 

 

A moins de vous trouver, ce premier week-end de mars, dans le Triangle d’Or du MX US au sud de Riverside, grande banlieue de Los Angeles (Anza, c’est juste à quelques miles à l’est de Temecula, non loin de Murietta, Menifee, Perris, Lake Elsinore, Hemet et compagnie, see what I mean ?), cette info va peut-être vous laisser de marbre, même s’il y a une Husky dans votre garage…

Mais peut-être pas, peut-être serez-vous, comme moi je l’ai été, « interpellé quelque part », en découvrant la page de pub annonçant l’événement dans Cycle News. « Inaugural Husky World Championships : An All-Husqvarna Race Weekend, Cahuilla Creek MX Park, Anza (CA) march 4 & 5th ».

Mais de quoi qu’il est-il question ? Pas la peine de traduire, si ? Oui, les premiers championnats du monde Husky, compétition exclusivement réservée aux Husqvarna. Autrement dit un week-end « tout Husqvarna », une version motocross et plastiques blancs d’une sorte de KTM Mania à l’américaine, tout simplement. Un rassemblement se voulant extrêmement « identitaire » (si ce n’est « communautaire » !), très « entre nous, les initiés, ceux qui savent », heureux membres de la famille Husky. Et, attention, on ne sera pas juste entre convaincus de dernière heure (ceux qui viennent à peine de rejoindre le clan n’étant jamais les moins fervents militants !), ces « championnats du monde » (ah, ils aiment ça, les Ricains, cette dimension planétaire, sans jamais manquer toutefois de réduire très notoirement cette bonne vieille Terre à l’espace « coast to coast » compris entre leurs deux océans) convoquant aussi et surtout les « grands anciens », icônes de la marque aux USA, de Malcolm Smith à Brad Lackey ou Mark Blackwell, ainsi que toute la production Husqvarna. Non pas depuis la création de la marque en Suède en 1903, mais depuis ce jour de 1966 où le légendaire Edison Dye, premier importateur aux States, rentra d’un trip en Europe avec deux bécanes dans ses bagages, dont une 250 cc identique à celle de Torsten Hallman, tout juste couronné world champ’ devant les redoutables CZ de Joël Robert, des Tchèques et des Russes (dont Victor Arbekov, champion du monde 65). Yes, ce week-end à Cahuilla Creek, l’idée c’est donc de réunir toutes les Husky MX de 1966 (voir éventuellement plus âgées) à 2013, qu’elles eussent été fabriquées en Italie, en Allemagne, en Autriche ou, beaucoup mieux, en Suède…

Car il est là et bien là, l’esprit du truc : Husqvarna surfe aux USA (partout dans le monde, mais aux USA incroyablement plus qu’ailleurs) sur une image absolument iconique, hyper-forte, magnifiquement conservée d’une part et superbement restaurée d’une autre, un phénomène tout à fait unique dans le monde du motocross, une « hype » assez comparable à ce qui se passe autour d’un label comme Aston Martin en matière d’automobiles, par exemple. 

Assisté au niveau promo de Lars Larsson, Suédois installé aux Etats-Unis, envoyé participer à tous les scrambles passant à sa portée aux quatre coins du pays, de Malcolm Smith de même sur toutes les courses de désert ou même en fin de saison de monsieur Torsten Hallman en personne, venant montrer l’étendue de son savoir-faire et les performances de sa monture en Inter-Am, Dye a lancé le nom Husqvarna, quoique pas facile à dire ni à retenir, d’où le fameux diminutif Husky, à une vitesse folle dans toute l’Amérique. Ainsi en quelques mois, celui-ci était-il sur toutes les langues des amateurs d’off-road du pays : « Everyone wanted a Husky ! »  

Car au surplus les résultats ne se sont pas fait attendre, sur ces terrains de cross qui à l’époque s’ouvraient un peu partout sur le continent, à l’Ouest surtout et plus précisément en Californie, où se déroulaient aussi des courses de désert, de même qu’en Arizona, au Nevada ou au Mexique, et notamment à la Baja 1000. Et puis, comme si ces succès ne suffisaient pas, la marque a bénéficié d’un extraordinaire coup de projecteur en 1970 lors de la sortie du long-métrage « On Any Sunday » (« Challenge One » en France) dans lequel l’épatant Malcolm Smith, toujours lui, aux côtés de la star d’Hollywood Steve « Au Nom De La Loi » McQueen ont fait naître des milliers de vocations (dont, en partie, la mienne, j’avoue) partout dans le monde et carrément tatoué le H couronné représentant la firme suédoise dans d’innombrables cœurs…

Aussi, même si depuis les seventies le sort ne s’est pas toujours montré aussi favorable pour le constructeur qui, au fil des hauts et des bas, a changé de mains à plusieurs reprises, la firme étant d’abord rachetée par les Italiens de Cagiva en 1987, puis par les Allemands de BMW en 2007, avant de rejoindre le KTM Group et l’Autriche en 2013. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le Président Pierer, boss de KTM, a eu le nez fin lorsqu’il a décidé de s’offrir Husqvarna, non pas il faut le préciser au nom de la compagnie qu’il dirige, mais à titre personnel au sein du groupe dont il est le grand manitou. Mais peu importent les détails financiers, le principal c’est de saluer le formidable redressement opéré par la société KTM, en faillite en 1993, sous la direction de d’Herr Pierer. En à peine plus de vingt ans, celui-ci en a fait l’un des top constructeurs européens, une super machine de guerre industrielle et une réussite à citer en exemple. D’une. Mais ensuite, fort de ce résultat, quelle belle idée en effet de relancer ce nom magique d’Husqvarna en lui fournissant enfin, après il faut bien l’avouer pas mal de vicissitudes, une assise technique des plus solides (celle de KTM) permettant de garantir aux dernières productions un niveau de performances à nouveau digne, enfin, de ces machines qui au milieu des années soixante avaient révolutionné le tout-terrain et façonné la merveilleuse légende du constructeur suédois.

Ce week-end voici donc une occasion de célébrer cette légende : un peu loin de nous, OK, mais l’usine surveille de très près cette première et, si ça fonctionne, peut-être aurons-nous à notre tour en Europe, un de ces jours, une telle manif’…

Comme on dit en suédois : tack ! Ou plutôt : danke ! Oui, en autrichien…

 

Des détails pour les vrais fans

Samedi ce seront vérifs, mini « salon », essais libres, parade des champions et autres célébrités, première présentation du film « One Chance To Win » et barbecue) et dimanche essais, briefing et premier départ à 10 heures, remise des prix en fin de journée. Les catégories ? Côté motos, que des HVA, donc : Classe 1. Pré-1972 Made in Sweden, petit débattement sélecteur à droite 175, 250, 360/400. 2. 1972-74 Made in Sweden petit débattement sélecteur à gauche 125/175, 250, 360/400. 3.1975-84 Made in Sweden, grand débattement, 2 amortisseurs, moteur deux-temps 125/175, 250, 360/390/430/500. 4. 1985-87 Made in Sweden, grand débattement, monoshock, moteur deux-temps 125/175, 250, 400/430/500. 5. 1983-2003 Made in Sweden/Italy (débuts) quatre-temps 350/410, 510/570/610. 6. 1988-2013 Made in Italy/Germany deux-temps 125/150, 250, 360. 7. 2004-2013 Made in Italy (fin)/Germany quatre-temps 250/310, 400/450/510/449/511. 8. Post-2013 Made in Austria deux-temps 125/150, 250/300. 9. Post-2013 Made in Austria quatre-temps 250, 350/450/501.

Sont « aussi » acceptées les Monark ou Lito (à moteur Albin), les American Eagle, Sprite et Tyran à mécanique Husqvarna (ou copie de HVA), les Laverda à moteur HVA, les Cagiva circa 88 (les blanches), les BMW G 450X, les SWM dérivées des Husky période italienne, et enfin les Husaberg made in Sweden, les toutes premières en classe 5 et les suivantes en classes 8 ou 9 selon leur mécanique.

Mais pas de KTM ! OK, KT’s et Husky sont aujourd’hui des machines très proches, mais il n’en a pas toujours été ainsi et de fait, avec des KTM oldschool et autres Penton, il a été décidé que ce ne serait plus une vraie journée Husqvarna !

Cependant les organisateurs réfléchissaient à une éventuelle classe « European Support » réunissant des machines made in Europe a priori Vintage (pré-1984), genre Maico, CZ, KTM-Penton, espagnoles (Bultaco, Ossa, Montesa…) et italiennes (Villa, SWM, Fantic, Ancilotti, TGM, Puch, Gilera, Aspes, Gori, Aprilia, Beta, Simonini, Aermacchi-Cagiva, Parilla, etc).

Les pilotes ? Kids, féminines, vétérans + 40 , + 50, + 60, tout le monde est le bienvenu ! Et il y aura même une Pro-Race et une Course des Champions ! Plus une « Fun race » en fin de journée, ouverte à tous les vainqueurs de manches du jour, ordre des départs en fonction du meilleur chrono de chacun plus tôt dans les courses précédentes…

 

Eric Breton, images HVA

Commentaires

Portrait de gator

Oui, mais est-ce que Cripou sera là pour signer des totographes?
Nan, paske c'est quand même ça, le truc qui va attirer du monde...

Dernières vidéos

  1. Vidéo : une Honda 500 CR 2001 neuve par JeeWee
    honda 500 2001
  2. Vidéo : Thor Mini O's en live
  3. Vidéo : un shooting de stars avec Dylan Ferrandis, Eli Tomac, Cooper Webb, Axel Hodges et Tyler Bereman
    shooting bell
  4. Jordi Tixier et Benoit Paturel à vélo de Paris à Nice pour la bonne cause
    tixier et paturel
  5. Vidéo : le test complet de la GasGas 125 MC 2021 by mx2k
    vidéo gasgas mc 125