MXGP

Non sélection de Tom Vialle en Equipe de France : Jacques Bolle s'explique

Article ajouté le 05/09/2019

Une question de principe

Au surlendemain de l'annonce du remplacement de Tom Vialle par Maxime Renaux au sein de la sélection française pour le MXDN pour cause de désaccord avec RedBull, Jacques Bolle, Président de la FFM explique sa décision.

On va les gagner ces Nations ?

« Je pense que c’est un peu compromis, notamment depuis que Romain Febvre s’est blessé. Mais une place sur le podium est envisageable. »

 

En tout cas, il apparait que les Nations ne seront jamais une course simple à gérer pour la FFM ?

« C’est vrai, mais c’est peut-être parce que la France est un pays important sur cette compétition. Si nous étions le Guatemala, alors peut être que RedBull ne s’attacherait pas au look de notre casquette. Enfin, de toutes façons il n’y aurait pas de casquette puisque l’on est l’un des rares pays à en avoir une, avec les Américains. Et eux n’ont pas de boisson énergisante d’afficher sur celle-ci…. »

 

Dans votre communiqué officiel, vous déclarez être attristé par votre décision. C’était un choix particulièrement difficile ?

« Oui. Autant l’année dernière, je l’ai totalement assumé parce qu’on avait considéré, au feeling, que Gautier Paulin était plus motivé que Marvin Musquin, autant cette année on plante un garçon qui n’y est pour rien et ça c’est difficile. Très difficile. »

 

Quand on regarde les réseaux sociaux, on découvre qu’une partie du grand public nourrit des thèses sur d’éventuels complots impliquant Monster, RedBull, KTM, Yamaha les Pays-Bas.

« Qu’il se détrompe, le litige c’est clairement : les pilotes français au MXDN  doivent-ils porter les couleurs de la France ou d’abord celle d’un sponsor ? »

 

Sachant que le règlement des Nations n’évoque pas les casquettes, juste le maillot et le casque…

« Absolument. Rien n’est prévu, ce qui explique les problèmes d’aujourd’hui. Mais je vais tenter de faire changer ça à la FIM (ndr, Jacques Bolle est vice-Président de la FIM). Après, je le répète, c’est notre Equipe de France, pas celle de RedBull. Pour ma part, je n’impose rien à RedBull sur la gestion de leurs équipes lors du championnat du Monde. C’est notre équipe, c’est donc à nous de décider quelle place on veut donner aux boissons énergisantes. Surtout qu’au passage, je tiens à préciser qu’on leur en donne de plus en plus …  En 2015, il n’y avait aucun marquage sur notre casquette. On a ensuite accepté qu’ils soient présents, en augmentant un an plus tard la taille de leurs logos. Et aujourd’hui, RedBull veut encore plus… Malgré un accord passé l’année dernière avec Monster après d’âpres négociations. Il fallait arrêter cette escalade. »

 

Les internautes expliquent que Herlings et Prado n’ont pas de souci avec RedBull avec leurs casquettes, pourquoi Vialle en a, lui ?

« Parce que comme je l’ai dit, seule la France et les USA (photo ci dessous) en ont une officielle ! Soit dit en passant, celle de nos amis Américains est vierge de tout sponsor... C’est une casquette qu’on leur demande de porter à certains moments précis dans le week-end, ce qui indique qu’en dehors de ces instants, ils peuvent porter la casquette de leurs teams. »

 

L’erreur de la FFM, ce n’est pas d’avoir laissé les boissons énergisantes s’immiscer sur la casquette nationale en 2016 ? Les Américains n’en ont pas alors qu’on sait que leur pays est un gros marché…

« Vous voulez dire qu’on aurait dû refuser… Peut-être voyant la tournure des évènements. Mais si je reprends votre question, en gros, vous me reprochez d’avoir été trop cool il y a trois ans, et pas assez aujourd’hui ! Non, j’ai pensé à l’époque qu’accepter Monster permettait de trouver une solution et de ne plus être en guerre contre eux… »

 

Le règlement de la Fédération Internationale de Motocyclisme prévoit pour les casques que les sponsors doivent rester sous le bandeau alors que depuis des années, on les voit apparaître au-dessus sur les pilotes de l’Equipe de France. Vous êtes cool sur les casques et pas sur une casquette, est-ce logique ?

« Parce qu’encore une fois, on est partis d’une casquette vierge de sponsors, juste avec le marquage France il y a à peine trois ans. Sur les casques, on a toujours été cool, avant même que je sois président. Mais on en revient à ce que je vous disais. On me reproche en clair, d’avoir été souple il y a trois ans…»

Une grande partie de l’opinion ne comprend pas que les sponsors, qui payent les pilotes et financent les teams, n’aient pas le droit de s’afficher…

« En l’occurrence c’est une contre vérité puisque cette année, nous avons aidé Tom avec des subventions alors qu’il n’a rien reçu de RedBull. Le contrat RedBull bénéficie à KTM, pas à Tom. Et si on va par là, la Fédération met beaucoup d’argent dans le Motocross des Nations. Notre budget est très conséquent, sans doute le plus conséquent de toutes les nations ! Certains nous l’ont même reproché l’année dernière ! »

Et vous n’avez pas peur de vous mettre KTM à dos pour l’année prochaine ? Pour le Motocross des Nations à Ernée ?

« No comment ! »

 

C’est quand même dommage de vivre une telle affaire pour quelques centimètres, comme le dit Tom ?

« Encore une fois, ce ne sont pas quelques centimètres. Comparez avec les casquettes de 2015. »

 

Et aujourd’hui, vous avez eu des news de RedBull ?

« Non, rien du tout ! Mais depuis le début, nous n’avons aucun contact avec eux. Ils ne nous ont jamais appelés. On a juste discuté avec le responsable de KTM, lequel a toujours été notre seul interlocuteur… Donc là encore, nous reprocher de ne pas avoir entrepris de démarche alors qu’ils ont été totalement absents, c’est un peu fort ! »

 

D’un autre côté, Tom a expliqué n’avoir jamais eu lui non plus de contact avec la Fédération…

« C’est vrai qu’on n’a pas eu Tom directement, mais on a discuté à plusieurs reprises avec Fred, son père. »

2015

2016

2018

Le proposition RedBull (via KTM) pour 2019

 

VB, photos FFM
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. MXGP de Chine : les temps forts des qualifications MX2 et MXGP
  2. Real Moto 2 : Ricky Carmichael en démo
  3. MXDN à Assen : Euro Trip, le second épisode
  4. MXDN : Les Américains se préparent en Hollande
  5. SX de Brienon : Fonvieille et Soubeyras triomphent en Bourgogne