SX US

Interview : Ken Roczen

Article ajouté le 17/01/2017

Nos amis de MXVice ont interviewé Ken Roczen au soir de sa victoire à San Diego, sa deuxième de l'année. Voici ce que l'Allemand leur a, en substance, répondu.

 

Kenny, ce week-end, la course était très différente de celle de la semaine dernière. A Anaheim 1, tu as fini avec 16 secondes d’avance, à San Diego, ça s’est joué dans le dernier tour.

« Oui. C’était une course incroyable. J’étais troisième au premier virage et je me suis rapidement retrouvé derrière Ryan dans une position d’attente. Pour voir ce qu’il allait faire. Je me suis d’ailleurs faire repeindre par ses projections. Mais j’ai pu le passer juste après la zone de panneautage et ensuite, j’ai fait ma course, sans m’en préoccuper. Je savais que ça allait être dur parce que la piste se détériorait vite. Je ne voulais me contenter d'être devant, rouler sur la défensive et rester dans mes traces. J’ai pensé que je devais changer de trajectoires ici et là, mais c’est vrai que le circuit était si défoncé que ça pouvait devenir risqué. Du coup, je me suis contenté de changer de traces quand elles devenaient trop mauvaises. Et l'on est finalement un peu resté dans nos lignes. Quoiqu’il en soit, je suis plus heureux de la physionomie de ce week-end que celui de la semaine dernière. »

Le sang froid et la patience étaient les clés du succès aujourd’hui ?

« Absolument. Il était important de rester concentré, de ne pas être trop confiant pour éviter la blessure. Je n’étais pas trop inquiet de ne pas être le plus rapide en qualification : je ne suis pas le meilleur pour faire claquer un temps chrono. Je préfère me projeter dans la course, c’est là où je m’éclate le plus. Je suis surtout concentré sur les soirées. »

Après que le drapeau blanc ait été agité, Ryan a tenté un intérieur. Qu’est-ce qui s’est passé dans ta tête ?

« J’aime rouler devant. Honnêtement, je ne pensais à rien de précis. C’est dur de décrire ce que tu ressens alors. C’est comme si mon esprit était vide, seulement concentré sur ce qui se passe devant. Ryan était derrière mais pas question pour moi de me retourner. Je veux regarder devant. L’avantage d’être derrière, c’est de pouvoir choper des portions ou tu peux passer… En même temps, avec les ornières, il pouvait recouper à l’intérieur, mais sans pouvoir ensuite de sauter les enchaînements. En fait, quand tu roules devant, tu ne peux pas vraiment protéger les intérieurs. A Anaheim1, c’était différent : il n’y avait pas d’ornières et il était possible de plonger dans les intérieurs pour passer les gars, tout en enchaînant après. Enfin, je suis heureux de ma soirée. Je suis dans une bonne position au championnat et j’ai remporté la finale. C’était une bonne course. »

A l’entame des derniers deux, trois tours, il te restait de la marge, ou pas ?

« Il était si près de moi que je ne pouvais juste pas perdre. Encore une fois, avec ce genre de piste, aussi détruite, tu peux facilement de précipiter et faire une faute. Je ne pouvais pas faire ça. En étant devant, j’avais tout à perdre. C’était dur, mais c’était bon. J’adore ça. »

Changement de sujet. Il a été annoncé ce week-end que tu participeras à nouveau au motocross des Nations pour l’Allemagne. Qu’est-ce qui t’a poussé à prendre cette décision ?

« C’est assez simple. Je suis dans une bonne position : je ne change pas de team ou quelque chose du genre. Tous les ans, je projette de rouler, mais les dernières saisons, ça n’a pas fonctionné comme je le voulais. Je veux que tout soit parfait, pour rouler pour la victoire. Je ne veux pas y rouler, juste pour en être. Quand je viens avec mon team, que tout se passe au mieux, dans la bonne direction, alors je veux être aux Nations. »

C’est la première fois qu’une course dure plus de 20 tours. 24 je crois. Ça change quoi ?

« Evidemment, avant que l’on comptabilise le temps, avec des circuits courts, les finales étaient plus rapides. Mais j’aime comme c’est aujourd’hui. Tu dois parcourir plus de tours, être plus constant, régulier. C’est ça l’important. Si tu commences à te dire que tu vas rouler plus longtemps car les pistes sont plus longues, ce n’est pas bon ! »

La confiance de Ken Roczen enfle course après course. Pas bon pour ses ennemis
Il n'aura pas fallu 36 courses à Ken pour être en phase avec sa machine...
Tradaptation Vince, MXVice, photos : Honda
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. National 125 à Thomer-la Sogne : la caméra embarquée
  2. Honda CRF Electric : Action !
  3. 24MX Tour : le résumé video de la journée de dimanche
  4. MXGP de Trentino : Gasjer gagne la qualif
  5. Comment changer son embrayage moto cross - Tuto moto by 3AS Racing