SX US

KTM stoppe sa collaboration avec Broc Tickle

Article ajouté le 16/05/2018

Terminé bonsoir...

 

C’était prévisible. Du moins à craindre fortement. KTM vient, par la voie de son team-manager Roger De Coster, d’annoncer qu’elle stoppait à ce jour de travailler avec Broc Tickle qui fut contrôlé positif lors d’un contrôle anti-dopage en février dernier, lors du SX de San Diego. La FIM a relevé des traces de methylhexanimine. Broc s’en est toujours défendu, expliquant qu’il cherchait à prouver son innocence avec son avocat, mais la publication lundi par la FIM des résultats du contrôle de l’échantillon B, positif lui aussi, vient de sonner le glas du contrat de travail de Tickle chez les Oranges. Voici quelques paroles prononcées par RdC lors d’un podcast réalisé sur la radio DMXS au lendemain de l’annonce du contrôle positif de son rider.

 

« Avant tout, je tiens à clarifier que ce n’est pas KTM qui a fait appel de la suspension de Broc Tickle par la FIM. C’est Broc lui-même. Evidemment, nous voulons croire que c’est une erreur, une faute qui n’est pas intentionnelle de sa part. C’est ce que nous essayons de comprendre actuellement. Nous connaissons la substance qui a été retrouvée et nous lui avons demandé plusieurs fois, pour en déterminer la source, ce qu’il avait mangé avant la course, quelques jours plus tôt. Qu’est-ce qu’il avait bu aussi. S’il avait pris des médicaments également. Mais nous n’avons pas compris l’origine de cette substance… »

 

« Tous les pilotes prennent des compléments et des vitamines, mais rien de ce qui a été trouvé. KTM et Aldon sont très prudents sur le sujet parce que l’on a lu suffisamment d’histoires là-dessus, notamment des cas de dopage avéré après l’utilisation de simple spray nasal. On est très prudents. KTM a une politique très stricte quant à la prise de produits dopants. Notre contrat est très clair. Si on trouve la preuve que Broc a pris quelque chose, de façon intentionnelle, alors son contrat est automatiquement stoppé. »

 

« Non, nous n’avons pas de clause dans notre contrat selon laquelle les entraîneurs sont coupables si un de leurs pilotes est contrôlé positif. »

 

«  Je lui ai demandé plusieurs fois, comme Ian (ndr, Harrison). Il a semblé certain de ne pas avoir pris de produits dopants. Il nous a montré ce qu’il prenait, ce n’est pas sur la liste. Mais c’est compléments ne sont pas vraiment régulés comme des médicaments classiques. Leurs compositions n’est pas toujours celle indiquée sur la boîte. »

 

« L’usine m’a dit de soutenir Broc aussi longtemps qu’il existait un doute et que l’hypothèse d’un accident était probable. Aussi longtemps qu’il n’y a pas de preuves irréfutables de sa culpabilité. Ils veulent être certains qu’il n’y a pas d’erreur au niveau du test. Ils veulent que l’échantillon B soit testé. Mais je crois que si le résultat de cet échantillon est le même, alors le contrat s’arrête. »

Valentin, photos KTM
 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. Interview Jacques Bolle : "Laissez nous faire notre boulot !"
  2. VIDEO : Les meilleurs moments du MXDN 2018
  3. MXDN : Le résumé des qualifs du dimanche en vidéo
  4. Eli Tomac sur la Kawasaki 250 KX Usine de 2005
  5. Quand Jeffrey Herlings était petit