Forums Discussion générale

Pages

Le "moment zéro"

Comme ça faisait un bon petit moment que je n'avais pas posté un sujet idiot (le dernier devait être "Tortelli est un âne"... c'est vous dire si c'est pas jeune !), je me suis dit qu'il était peut-être temps de venir encombrer un peu le forum.
Alors voilà... 
Un peu comme une maladie contagieuse démarre avec un "patient zéro", celui par lequel tout commence, une passion - pour la moto en ce qui nous concerne -  ça commence souvent par un événement, un moment, une anecdote...
Vous vous en souvenez, vous, de votre "moment zéro" ?

Comme ça faisait un bon petit moment que je n'avais pas posté un sujet idiot (le dernier devait être "Tortelli est un âne"... c'est vous dire si c'est pas jeune !), je me suis dit qu'il était peut-être temps de venir encombrer un peu le forum.
Alors voilà... 
Un peu comme une maladie contagieuse démarre avec un "patient zéro", celui par lequel tout commence, une passion - pour la moto en ce qui nous concerne -  ça commence souvent par un événement, un moment, une anecdote...
Vous vous en souvenez, vous, de votre "moment zéro" ?

Larchant 1973, 10 ans et toutes mes dents, mes parents m’emmènent voir une chose nouvelle pour moi, une course de moto dans les bois, ça sent l’huile de ricins, ça fait un bruit infernal, ça saute, ça tombe, une poussière infernale, et puis y a pas que le bois, y a aussi des montées et descentes à pic, à partir de là, plus rien n’a été comme avant.
Pour la petite histoire, le circuit existe toujours, 46 ans après, une gageure en région parisienne, les montées et descentes ont été bétonnées pour certaines afin d’éviter le ruissellement de l’eau et la détérioration du terrain, plus de compétition, mais bel endroit.

J'avais déjà été bluffé en allant vraiment par hasard voir avec des amis de mes parents le 250 inter à Iffendic en 77, théatre d'un méga-baston Péan/Bruno sur un circuit dont le relief me paraissait vertigineux...
Elevé dans une famille où on ne s'intéressait qu'aux arts, aux livres et aux musées, surtout pas au sport, j'ai appris à faire du vélo tout seul... à 13 ans. Et dans la minute, j'ai eu envie d'une mob. Ca a été une 88 réformée des PTT, achetée 800f aux puces avec un pote et qui a très vite servi à explorer la forêt de Montmorency...
Un peu plus tard, un autre copain avec qui je roulais dans le bois d Vincennes (si, si) m'a dit "Y a un cross pour les 50cm3 dimanche à côté de Chartres" et nous voilà partis pour Gallardon, en spectateurs... J'ai immédiatement été accro... Huit jours plus tard, j'étais inscrit à mon premier mobcross à Montereau... Et grâce à mon généreux sponsor (ma grand-mère, merci à elle et paix à son âme), j'ai vite mis le doigt dans l'engrenage des pisse-feu de course ritals, cotoyant les Pascal Bouville, François Broual, les Vinh Mau bros, mais aussi les frères Perrin ou Christian Vimond...
Good memories...

Papa est un ancien motard de la Police Nationale (de nuit, à Paris, donc un cow-boy) et ses trois fils s'en caguent des deux roues. Frustrant, surtout qu'il a décidé depuis longtemps qu'il nous offrirait notre permis moto. Pis un dimanche d'avril, ils décident d'en emmener deux pas très loin voir un motocross à Villars / Ecot. Putain, c'est toujours mieux que d'aller en forêt se fader le bois de chauffage. Y'a un monde de dingue, les motos ont des plaques jaunes, on peut traîner à loisir dans le paddock, les mécanos ont des gants blancs, le stand et les motos rouges sont trop belles et le saucisse-frites est bon ... y'a plus qu'à ressentir une émotion incroyable, une sensation d'excitation et presque de la peur : un départ de Grand Prix 500. Juste énorme. Les 500 HRC sont devant, André Malherbe a la classe, et je suis piqué. Définitivement. Merci papa ...

gator a écrit :

J'avais déjà été bluffé en allant vraiment par hasard voir avec des amis de mes parents le 250 inter à Iffendic en 77, théatre d'un méga-baston Péan/Bruno sur un circuit dont le relief me paraissait vertigineux...
Un an plus tard, je faisais de la mob depuis quelques semaines quand un pote m'a dit "Y a un cross pour les 50cm3 dimanche à côté de Chartres" et nous voilà partis, en spectateurs... J'ai immédiatement été accro... Huit jours plus tard, j'étais inscrit à mon premier mobcross à Montereau... Et grâce à mon généreux sponsor (ma grand-mère, merci à elle et paix à son âme), j'ai vite mis le doigt dans l'engrenage des pisse-feu de course ritals, cotoyant les Pascal Bouville, François Broual, les Vinh Mau bros, mais aussi les frères Perrin ou Christian Vimond...
Good memories...

Tiens !!!... J'ai roulé avec des derniers mentionnés, en junior et sénior ! Mais là n'est pas le sujet...

De tout petit, on allait voir les gp limitrophes (Lux, Belgique, Allemagne, Suisse) et les nombreux cross inters du nord-est. Le souvenir le plus marquant, c'est Joel Robert à St-Mihiel, encore sur la Suz..., comment pouvait-on rouler aussi vite sur un terrain de cross, je m'étais dit !!! Puis Namur , Ettelbruck, etc...avec les bastons De Coster - Mikkola...

Tu parles d'un sujet idiot et franchement zéro... tu pouvais presque le mettre dans "tout le monde y s'en fout". ;-)))
.
Bon, on est en 1981, à 10 ans j'avais un pote de 14 qui venait d'avoir une 50 TY... ça m'a rendu dingue!!...
Bah voilà!!!
Pas assisté à une compète, RIEN! J'ai eu envie instantanément de rajouter un moteur à mon vélo! En attendant l'arrivée du futur trésor dans le garage familial, j'ai fait mes premiers tours de roues avec la 100cc Terrot (une grande routière française pour les incultes, LOL) de mon grand Père dans les prés de la maison de campagne. Ah Papi, le seul qui aimait la moto dans la famille. Sans lui je serais encore en train de pédaler!!! Mille mercis PAPI.
.
Enfin, 2 mois plus tard, le temps d'en trouver une d'occase, il m'achète une 50 YZ de 1980 "jamais courue"... tu parles, elle était déjà bien ruinée, ; )))  Après un petit tour dans un pré chez le vendeur, il fallait que je la re-essaie tout de suite en arrivant à la maison, entre 2 murs crépis d'un ciment bien abrasif avec seulement 10cm de chaque côté du guidon (vous me voyez venir, si, si!!) ... PAF, 5m avant que le guidon ne touche le mur, résultat: première pizza au coude, premier OTB, premier levier de frein!! C'était parti pour 37 ans, série en cours...
.
Sinon, mon moment zéro "compète" c'était un cross inter à Yssingeaux (43) en 1987 avec Carla sur la 500 kawa, entre autres! Du coup, septembre 87 je fais ma 1ère course sur prairie en 125 avec une licence à la journée. Virus installé définitivement.

Puisque on y est dans l'ancien, allons-y. Le frangin m'a inculqué le virus, le motobecane ER21, surhaussé, la classe, j'ai 13ans, je ne peux donc pas l'utiliser. On discute en famille pour acheter une mobylette pour rouler dans la forêt, de l'autre côté de la route. Et ça se finit, à Parentis, chez le sorcier, pour un 80cr 83. Là, pas pareil, ce n'est pas l'ER21, y a des vitesses et le machin, ça marche, les arbres y défilent.
Pour les pilotes, première courses à Narp, avec la famille Portal, sur des Portal. Les entraînements des pilotes Moreau, toujours à Narp, Fura, Musquin, Beziade, Biquet...

Port sur Saônes ... fin des années 70, terrain bien bien boueux ...je trouve ca drôle de patauger dans la boue !!! les gladiateurs à mes yeux se débattent comme ils peuvent contre les éléments ...je remarque qu' une moto sonne plus que les autres ! d ailleurs elle fait un passage à ras les barrières et nous crépit de la tête au pieds ..... avec mon pére et mes frères on éclate de rire .... et j 'entend un de mes  frère dire : c'est WATANABE !!!! j'ai trouvé ca trop exotique .... ;-)

J'ai pas eu le choix , je suis né dans une famille où tout tournait autour du cross .
Je crois que mon premier motocross, je l'ai vu depuis la place la plus enviée du padock, les épaules de ma tante !!! Je ne devais pas encore savoir marcher , c'est dire ...Mon oncle roulait en championnat de Normandie , je me souviens des nuits passées dans la toile de tante dans le parc coureurs , à ne pas fermer l'oeil tellement j'étais excité d'assister aux courses du lendemain . Mes héros de l'époque s'appelaient Titaire , Blouin , Gibier .Ma grand-mère était tout aussi mordu , elle a été secretaire de Moto-club pendant presque 40 piges ( Sept-Meules puis Tilloy-Floriville ).Ma première mob , un 80 YZ racheté à Jérome Belval ( Avant-hier   :-)   )
Bref , le cross , de mon point de vue , c'est comme en amour  , je ne me suis jamais posé la question : J'aime , un point c'est tout ! 

Pour la moto, je dirais le magazine hors série d'un copain, genre «toutes les motos» de 1978... XS1100, DTMX400...
Pour le cross c'est le lot de Moto Journal acheté au Salon de la Moto où j'ai découvert la saison 1979 de Carlqvist et la Husqvarna, et début 80 la photo de Carla et Noyce à Saint Antonis avec leurs bonnets trop flashy !
En ce qui concerne la pratique c'est ma première sortie dans les bois avec le Peugeot 102 de la soeur de mon pote, câble d'accélérateur bien raide, journée étalé dans la gadoue... mais le goût de reviens-y !

Pages

 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. MXGP Portugal : Le récital de Kjer Olsen
  2. Justin Barcia fait chanter sa Z dans son jardin
  3. 24MX Tour au Domaine de Foolz : Le résumé vidéo du dimanche
  4. VIDEO : 2019 250SX West Champion - Dylan Ferrandis
  5. Comment nettoyer son carburateur moto - Tuto by 3AS Racing