Forums Discussion générale

Le paradis du motocross est fermé ...

Vu, la conclusion ?



*********************************************************



Par Olivier Béart



Mis en ligne le 17/02/2006



Depuis plus de vingt ans, les passionnés de motocross s'en donnaient à coeur joie dans l'ancienne carrière du Locray. Mais ce temps est aujourd'hui révolu.



Le Locray est une ancienne sablière, dans laquelle des dizaines de motocrossmen se retrouvent chaque semaine. Le lieu a tout pour plaire: il est situé au bout des pistes de l'aéroport de Bierset et relativement loin des maisons, alors que son sol sablonneux est agréable pour le pilotage et permet de limiter la casse en cas de chute. Pour être tout à fait exact, il faudrait parler au passé, puisque son accès est désormais interdit et les contrevenants s'exposent à de lourdes sanctions.



C'est que, comme l'explique le bien nommé bourgmestre PS de Grâce-Hollogne, Maurice Mottard, « il n'y aurait jamais dû y avoir de terrain de motocross à cet endroit. Et s'il y en a bel et bien eu un, c'est à cause de la négligence du précédent propriétaire, qui n'avait aucun permis pour ce genre d'activités». Depuis peu, le terrain a justement changé de mains et c'est désormais la Région wallonne qui en est propriétaire. Elle souhaite y faire passer une route, qui est déjà en construction, alors que le reste du terrain sera rattaché à l'aéroport et préservé. « C'est le ministre de l'Environnement de la Région wallonne, Benoît Lutgen (CDH), qui m'a adressé une lettre m'invitant à faire cesser toutes les activités qui se déroulaient dans la carrière du Locray et plus spécifiquement la pratique du motocross car il y a une nappe phréatique à cet endroit, qui plus est seulement protégée par une très mince couche de terre», poursuit le bourgmestre.



Nature préservée?



Si on ne peut que se réjouir de la sauvegarde d'un site décrit comme important et fragile, il convient de voir que la fermeture de cette carrière pose un autre problème: celui du manque criant de terrains destinés à la pratique du motocross en Wallonie.



Le seul terrain de motocross homologué au sud du pays se trouve en effet à Hélécine, à une cinquantaine de kilomètres de Liège, près d'Hannut. «



C'est tout à fait incohérent», s'emporte Didier Simonis, un passionné qui aimait pratiquer son sport au Locray et qui ne comprend pas que « d'un côté, on veut, à juste titre, que les motards respectent la nature et n'aillent plus dans la forêt, et de l'autre, on ferme tous les circuits sur lesquels on peut pratiquer notre sport».



Plusieurs amateurs de ce sport moteur ont donc pris leur bâton de pèlerin pour sensibiliser le monde politique au problème.



Leur première étape fut la maison communale de Grâce-Hollogne, mais même si les motards croient toujours qu'une solution peut-être trouvée pour le Locray, le bourgmestre est nettement moins optimiste. Ils projettent donc de s'adresser au ministre Lutgen, chargé de l'Environnement, ainsi qu'à son collègue des Sports, Claude Eerdekens (PS). Au cabinet de ce dernier, on précise d'ailleurs que des contacts ont déjà eu lieu avec Georges Jobé, multiple champion du monde de la spécialité, afin d'identifier un certain nombre de sites où pourraient être implantés des terrains de cross. Sinon, il reste toujours le VTT.



© La Libre Belgique 2006

Vu, la conclusion ?



*********************************************************



Par Olivier Béart



Mis en ligne le 17/02/2006



Depuis plus de vingt ans, les passionnés de motocross s'en donnaient à coeur joie dans l'ancienne carrière du Locray. Mais ce temps est aujourd'hui révolu.



Le Locray est une ancienne sablière, dans laquelle des dizaines de motocrossmen se retrouvent chaque semaine. Le lieu a tout pour plaire: il est situé au bout des pistes de l'aéroport de Bierset et relativement loin des maisons, alors que son sol sablonneux est agréable pour le pilotage et permet de limiter la casse en cas de chute. Pour être tout à fait exact, il faudrait parler au passé, puisque son accès est désormais interdit et les contrevenants s'exposent à de lourdes sanctions.



C'est que, comme l'explique le bien nommé bourgmestre PS de Grâce-Hollogne, Maurice Mottard, « il n'y aurait jamais dû y avoir de terrain de motocross à cet endroit. Et s'il y en a bel et bien eu un, c'est à cause de la négligence du précédent propriétaire, qui n'avait aucun permis pour ce genre d'activités». Depuis peu, le terrain a justement changé de mains et c'est désormais la Région wallonne qui en est propriétaire. Elle souhaite y faire passer une route, qui est déjà en construction, alors que le reste du terrain sera rattaché à l'aéroport et préservé. « C'est le ministre de l'Environnement de la Région wallonne, Benoît Lutgen (CDH), qui m'a adressé une lettre m'invitant à faire cesser toutes les activités qui se déroulaient dans la carrière du Locray et plus spécifiquement la pratique du motocross car il y a une nappe phréatique à cet endroit, qui plus est seulement protégée par une très mince couche de terre», poursuit le bourgmestre.



Nature préservée?



Si on ne peut que se réjouir de la sauvegarde d'un site décrit comme important et fragile, il convient de voir que la fermeture de cette carrière pose un autre problème: celui du manque criant de terrains destinés à la pratique du motocross en Wallonie.



Le seul terrain de motocross homologué au sud du pays se trouve en effet à Hélécine, à une cinquantaine de kilomètres de Liège, près d'Hannut. «



C'est tout à fait incohérent», s'emporte Didier Simonis, un passionné qui aimait pratiquer son sport au Locray et qui ne comprend pas que « d'un côté, on veut, à juste titre, que les motards respectent la nature et n'aillent plus dans la forêt, et de l'autre, on ferme tous les circuits sur lesquels on peut pratiquer notre sport».



Plusieurs amateurs de ce sport moteur ont donc pris leur bâton de pèlerin pour sensibiliser le monde politique au problème.



Leur première étape fut la maison communale de Grâce-Hollogne, mais même si les motards croient toujours qu'une solution peut-être trouvée pour le Locray, le bourgmestre est nettement moins optimiste. Ils projettent donc de s'adresser au ministre Lutgen, chargé de l'Environnement, ainsi qu'à son collègue des Sports, Claude Eerdekens (PS). Au cabinet de ce dernier, on précise d'ailleurs que des contacts ont déjà eu lieu avec Georges Jobé, multiple champion du monde de la spécialité, afin d'identifier un certain nombre de sites où pourraient être implantés des terrains de cross. Sinon, il reste toujours le VTT.



© La Libre Belgique 2006

salut Martin,

je suis de la region liegeoise, j'ai roulé ma bosse dans cette sabliere au temps ou Jobe y venait avec ses eleves, Delepine, klutz, Gaillard, Balbeur, etccc....

Maintenant, je m'entraine plus (plus besoin, suis trop fort, mdrrrr)

et je viens assouvir ma passion (old timer) en France.

je suis meme licencié FFM, et affilié au Moto Club de Nice.

Tu parles du cross, mais l'enduro, c'est bien pire encore,

alors pareil pour moi, la France avec le trophée enduro à l'ancienne

Francis

 
MOTOCROSS EMAG

Dernières vidéos

  1. CDF Saint-Léger de Balson : Sand it (3) Dans l'intimité du team Yamaha
  2. Saint-Léger de Balson en vidéo
  3. SX de Genève (samedi) : Crown rempile, Brayton s'énerve
  4. SX Genève (vendredi) : Crown et Davalos devant !
  5. SX Tour à Lyon : les finales du vendredi et samedi