Essai HVA 450 FC "Gautier Paulin"



TNT Pure !

VB, photos HVA

Essai HVA 450 FC

La bombe atomique

 

Victorieuse du Motocross des Nations il y a quelques jours, la Husqvarna 450 FC de Gautier Paulin fait, comme ses cousines les KTM 450 SX-F d'Herlings, Cairoli et Coldenhoff, office de référence dans le landernau du motocross mondial. Tous les pilotes rêvent de la chevaucher en clair. Du coup, vous vous doutez bien qu'on allait pas répondre par la négative à l'invitation que nous a lancée l'usine il y a quelques jours pour faire un galop d'essai avec mistinguette sur la superbe piste de Faenza en Italie.

Par Nico "Sand lover" Cailly and VB

Hormis la décoration, rien ne ressemble plus à une moto de série qu'une moto d'usine chez HVA. Ce n'est pas un hasard. Pour vous laissez penser que les pilotent engagés en Championnat du Monde chevauchent les mêmes machines que les votre, les teams de la marque déploient pas mal d'énergie. Voire quelques ruses de Sioux : le cadre, assemblé à la main, est recouvert d'un noir uni qui dissimule parfaitement les soudures, les plastiques sont d'origine, le bras oscillant reste standard... Et ce n'est pas le staff technique qui va vous éclairer sur le sujet. Les quelques questions que vous pourrez éventuellement lui adresser soulèveront, au mieux, quelques laconiques et évasives réponses. "Oui, oui, c'est standard ! "

Tout ça pour dire que pour mesurer le travail réalisé sur la GP21, il est impératif de tourner autour de la bête plusieurs fois et de jeter quelques coups d'oeil inquisiteurs à ses dessous. Là, inutile d'être tourneur fraiseur, ni même ingénieur, pour voir que l'outil de Gautier a bénéficié de pas mal d'attention et d'heures de boulot. Au hasard, jetez un coup d'oeil aux biellettes, taillées dans la masse, ou aux bas carters moulés dans le magnesium, un alliage reconnu pour sa légèreté. Ce n'est pas sur la moto de "Monsieur Tout le monde" que vous noterez ses détails.

Le team Rockstar Energy HVA a quand même tenté de sauver les apparences en nous présentant la liste "officielle" des changements opérés. Une check-list déjà bien fournie. Rien qu'au niveau moteur. Pour faire simple, tout évolue. Le piston, la bielle, la culasse, le vilebrequin, le mécanisme de la boîte de vitesse sont retravaillés par Pankl Racing System, une boite d'ingénierie spécialisée dans l'automobile de luxe, l'aviation, l'aérospatial et la moto. C'est un prestataire attitré des Autrichiens depuis des années. La pignonnerie de la boîte de vitesse, les carters moteur et ses couvercles proviennent du département course de HVA, enfin KTM… Et une bonne partie du reste des composants proviennent de fournisseurs : l'échappement est signé FMF, le filtre à air provient de Twin Air, le boîtier de contrôle électronique sort des bureaux de Keihin. Pour faire simple, dites-vous que seul le cylindre reste d'origine.

Il en est de même au niveau de la partie-cycle. On est assez éloigné d'une machine sortie de caisse. Par exemple, les suspensions proviennent directement du service course de WP. La fourche est un modèle Cone Valve de 52 mm, l'amortisseur, un modèle équipé du système Trax alors que les freins sont fournis par le département course de Brembo. Moto-Master fournit juste un disque avant de 270 mm et un arrière de 220. On commence à en avoir l'habitude, c'est Neken qui officie au niveau du train avant avec deux superbes tés de fourche très élégants qui enserrent les tubes de fourche. Vous noterez que le Sudiste n'a pas opté pour les modèles SFS qui présentent deux amortisseurs oléopneumatiques et réduisent les chocs si destructeurs pour les avant-bras ! Il préfère lire le relief en direct. Il a aussi privilégié un offset de 22. Contrat de fourniture pour la grande série oblige, on retrouve en revanche un guidon Pro Taper (ndr, disponible dans le commerce sous la référence replica # 21). Pour le reste, on retrouve les produits d'une tripatouillée de fabricants de pièces racing. Jantes DID S-TX associées à des moyeux et des rayons Haan Weels, couronne et pignon Supersprocks bi-composants, mousse de selle Guts allégée, kit départ HSL... Une parts list qui, vous l'aurez noté, diffère pas mal de celle des KTM usines. La raison est simple. Dans sa volonté de dissocier au mieux les deux marques, l'état major KTM a pensé, à juste titre, qu'il serait utile de faire appel à des fournisseurs autres. Ce qui permet de penser qu'une HVA n'est pas une KTM blanche. C'est malin.

Essai HVA 450 FC

Mega power

C'est sur le circuit de Faenza en Italie, là où en 2009, Gautier s'était emparé de la tête du championnat MX2 au guidon d'une Kawasaki Bud Racing que HVA nous a convié à tester son bijou. Un circuit avec pas mal de dénivelé que l'on a retrouvé bien modifié. Finis les quelques sauts un peu velus et place à quelques jumps plutôt tranquilles, plus deux, trois virages assez rapides. Pour ne rien gâcher, les responsables du circuit ont eu la bonne idée d'herser quelques parties. Miam. Mais avant d'actionner le démarreur de la bête, quelques constations d'usage s'imposent. Sur le post de conduite déjà ! Première surprise, le Pro Taper présente une barre de renfort. Deuxième surprise, je peine à choper les leviers qui, comme le veut la mode actuelle, sont positionnés assez bas. Je suis presque obligé de casser mes poignets pour les atteindre. Ce qui n'arrange rien, c'est qu'ils sont en plus très éloignés du guidon. Moi qui n'avais jamais nourris de complexe quant à la taille de mes doigts, ça y est, c'est fait. Mais quelles pognes il a, le Gautier ! Des paluches de Golghot ! Pour ne rien arranger, le Draguignanais utilise des poignées hyper molles qui vous donnent l'impression d'avoir empoigné le membre d'un Rocco en fin de long métrage avec Anna Polina. C'est assez mou, ce qui gêne pour la préhension du manche. Heureusement, le caoutchouc est du genre collant. La moto est haute, mais pas exagérément. Sur le sujet, on sent encore une fois que l'équipe technique ne nous a pas tout divulgué sur sa bête de course. Sans paraître perchée, la machine semble plus haute, plus longue que la machine de série (ndr, l'homme sait de quoi il parle, il en possède une !). Une constatation qui accrédite la thèse selon laquelle l'usine proposerait deux cadres à ses pilotes officiels : un premier de taille normal, identique à la série, et un second aux dimensions supérieures pour les pilotes de grandes tailles qui se sentent un peu à l'étroit sur la version standard. Un modèle sur lequel Jeffrey Herlings aurait jeté son dévolu, tout comme Thomas Kjer Olsen, une perche lui aussi.

Enfin, c'est pas le tout de s'imprimer de l'ambiance, si on passait à l'action ! Surtout que le mot ne peut être mieux choisi... Allons y de suite pour les aveux ! Mesdames et messieurs, je n'ai jamais testé de toute ma carrière un moteur aussi époustouflant que celui-ci. Que de watts ! Par kilos, par tonnes, par megatonnes. Cette 450 n'est pas une bête de course, c'est une machine à remonter le temps. Chaque rotation de la poignée vous propulse dans un univers parallèle où c'est le décor qui bouge. Pas vous ! Rarement, je n'ai eu l'impression d'être débordé par tant de cavalerie et j'avoue, en mode attaque, il m'a été impossible de tenir plus de deux, trois virages. Ce moteur a un couple de folie, une puissance de dingue et son génie est de marier les deux en une courbe moteur linéaire et très ronde. Mais heureusement, pas électrique, ou aggressive. La boîte proposant quatre rapports, inutile de dire que le tour du circuit se fait sur la troisième vitesse sans le moindre problème. Sans même sécuriser l'affaire par quelques lichettes d'embrayage. C'est même là le mode d'emploi hautement conseillé pour préserver ses forces. Je comprends mieux comment Gautier s'envoyait lors du Motocross des Nations l'énorme LaRocco's Leap malgré une prise d'élan délicate avec la boue ! Même pousser le moteur dans ses derniers retranchements sur le même rapport ne l'effraye pas. Il allonge comme un damné ! Bref, voilà un moteur exploitable par environ dix hommes sur cette terre. En comparaison, la moto de Max Anstie, également proposée à l'essai, semblait presque facile tant la puissance débarque avec douceur et humanité.

 

Quid de la partie-cycle ? Même constat que pour le moteur. Avec mon niveau, il m'est impossible d'exploiter pleinement la bête. Notamment les suspensions. Je ne roule pas assez vite pour les faire travailler sur tous les débattements et je subis plus la piste que l'inverse. Même en virage, inscrire l'avant me demande un effort énorme. Après, moi qui aime les motos à l'assiette neutre, je suis servi. La GP21's travaille en harmonie sur ses suspensions. C'est autant tape cul devant, que derrière quoi ! Après, pour situer le débat, Gautier mesure 1,87 mètre pour 80 kilos, quand je mesure et pèse 10 de moins. Cela explique aussi cela, même si le fond du problème se situe dans la poignée droite. Malgré tout, la machine reste stable, sans doute le fait du cadre aux dimensions généreuses. Elle est saine, mais impose d'être fermement tenue. Enfin, pour clore le chapitre, je dois reconnaître avoir été choqué par une ultime point : la violence du freinage. Si vous pensiez que les machines de série freinent bien, je tiens à rétablir la vérité : il n'en est rien. Le missile de Gautier, lui, freine ! Ça veut dire par exemple qui si vous déboulez fond de trois à près de 80 kilomètre/heure dans une descente qui finit par une épingle, une petite pression de l'indexe suffit à vous stoppez en à peine 20 mètres, sans le moindre effort. Je me suis même retrouvé à l'arrêt avec ledit virage. Et c'est la même derrière : une caresse sur la pédale et la roue se fige...

 

En conclusion, difficile de descendre de la machine de Gautier sans être impressionné par la force physique qu'elle impose pour être exploitée. Accélération, suspensions, freinage, chaque poste requiert une puissance herculéenne pour espérer approcher des limites de la machine et s'il est une machine qui vous impose l'humilité, c'est bien celle-là !

 

Commentaires

Pouah la bête de guerre ! Bon je parie que ce joujou est hors de prix pour un bouzeux comme moi mais bon avec un peu de chance p'etre que l'avenir me réservera une bonne surprise http://www.astrologie-voyance-tarot.com/