Foxborough et ce qu'on peut en dire



Par Ganjaman - photo copyright Simon Cudby

Foxborough et ce qu'on peut en dire

Enfin ! Après 60 tours dans la roue de Ryan Dungey, Ken Roczen a enfin vaincu la malédiction en s'imposant nettement dans la banlieue de Boston devant un Eli Tomac revenu au meilleur niveau. Du coup, Dungey devra attendre une semaine de plus pour être titré.

Quelle victoire de Ken Roczen ! Content d'avoir trouvé de nouvelles solutions techniques au niveau de sa Suz', il a en fait connu une soirée à la Dungey, les holeshots en moins. Rapide aux essais, il a ensuite appliqué la même méthode chaque fois qu'il a posé ses roues sur la piste : départ dans le top 3, dépassement aussi vite que possible sur Dungey et tchao tout le monde. Avec quatre tours seulement au-dessus de la minute, dont les trois derniers, KRoc a sur-dominé ses petits camarades. Pour info, des pilotes comme Seely, Bogle ou Reed ne sont, eux, descendus qu'une fois sous la minute... Le tout sur une piste particulièrement technique, à cause des ornières qui se sont formées, mais aussi des enchaînements assez bizarres qu'elle comportait. Sans parler des whoops du genre costaud. Propre, appliqué, agressif dans le bon sens du terme, Ken a offert à tout le monde une leçon de pilotage SX. Roland Diepold doit être fier. Et il retarde d'une semaine le sacre de son ami Dungey. On ne sait jamais... Ken s'est également fait un nouveau pote, en la personne de Josh Grant, qu'il a accusé dans toutes les interviews d'après course de l'avoir outrageusement gêné. Bonne ambiance, le SX US.

Ah, ça fait bien plaisir de retrouver le vrai Eli Tomac en piste ! Lui aussi clame haut et fort qu'il a « trouvé quelque chose sur sa moto ». Peut-être la poignée de gaz ? Quoi que ce soit, ça fonctionne. Déjà plus rapide d'une seconde chez lui, sur son terrain perso, il a effectivement sorti sa meilleure course depuis Daytona, en passant Dungey avant de mettre brièvement la pression sur Roczen. Sans succès, certes, mais cela reste une nette amélioration par rapport à ce qu'on a vu jusque là. Et la semaine prochaine, on retourne dans un stade où il avait survolé la concurrence l'année dernière. L'espoir renaît, comme dirait Pierre-Alexandre...

Soirée à oublier, par contre, pour le champion en titre. Bon, ok, il monte pour la 30e fois d'affilée sur le podium, ce qui n'est pas si mal. Mais quand même, il s'est fait plus doubler samedi que sur l'ensemble de la saison ! Force est de reconnaître qu'il n'avait pas l'air super à l'aise sur cette piste piégeuse, l'ami Dunge. Du coup, il a sorti le service minimum : des bons départs, on s'accroche comme on peut et ça tiendra bien comme ça. En fait, c'est à se demander s'il n'a pas joué « petit bras », comme on dit dans le tennis, avec ce titre qui se profile à l'horizon. En tout cas, une partie de l'exécutif de chez Katé était venu le voir empocher ce titre à Foxborough. Heureusement que New York n'est pas très loin. Faut espérer, surtout, qu'ils n'aient pas mis de date ni de lieu sur les t-shirts commémoratifs. Juste une petite dernière sur Dungey avant de raccrocher : il en est, avec cette troisième place, à 75,6 % de podiums en catégorie reine. 75,6 %... Surréaliste. On ne s'en rend peut-être pas assez compte, mais ce type est une future légende du sport.

Jason Anderson, voilà un gars qui aurait dû faire chuter le record de podiums d'affilée, sans un disque de frein avant voilé. Vainqueur de sa heat, bien parti en finale, JA21 était dans le bon rythme avant, donc, de perdre son frein avant, juste après avoir doublé son camarade d'entraînement. Peu importe, mais encore une fois, voici une course solide de la part du pilote Husky. Et sans t-boner personne, cette fois. Bien.

Un nouveau top 5 pour Trey Canard, sans trop d'éclats cette fois. Parti septième, remonté cinq mais loin des hommes de tête, Trey n'a jamais semblé en mesure de se mêler à la lutte. On attend mieux, et vite. Pour qu'enfin Canard rie.

Un qui est petit à petit en train de faire monter sa cote chez les managers, c'est peut-être bien ce numéro 19 de Justin Bogle. Après sa grosse performance de la semaine dernière, il confirme une nouvelle fois, sur un terrain pas évident du tout. Le rookie, blessé en début de saison, est gentiment entrain de confirmer qu'il peut devenir un bon pilote de SX, d'autant qu'il a la faculté de partir devant, lui, contrairement à son compatriote de l'Oklahoma. Bref, Bogle les mouettes, it's Justin'time.

Cole Seely, absent depuis un moment après une fracture de vertèbre, est remonté lundi sur une moto, et mercredi sur un terrain de SX. Avant, donc, de trouver un terrain boueux au essai, de chuter en série, de tomber au départ en semi puis de gagner le LCQ. Sacrée semaine. Avant-dernier au premier virage, sa remontée est donc tout simplement un des faits les plus marquants du week-end, à fortiori après avoir passé autant de temps sur la touche. Chapeau, donc.

Belle performance de Weston Peick, toujours très rapide quand les whoops sont costauds. WP a aussi engendré une belle pagaille en se mettant court dans l’enchaînement après le départ, ce qui a fait tomber Weimer qui s'est lui-même fait rouler dessus par son coéquipier Tickle et Alessi. Peick, lui, n'est même pas tombé, Chuck Norris style.

Les départs, talon d'Achille de Chad Reed en ce moment. Pour peu que l'embrayage hydraulique Rinaldi finisse dans une poubelle en Floride, y'a pas loin... Soirée à oublier, donc, pour le toutou. Par contre, superbe tenue Shift violette et blanche, la plus classe depuis un bon moment ! Sûrement un hommage « Purple Rain » à Prince...

Inconfortable, c'est ce qui m'est venu à l'esprit quand j'ai vu évoluer Marvin Musquin sur cette piste. C'est simple, on aurait dit CP. Ça s'arrange pas vraiment pour notre MM depuis sa nouvelle blessure aux poignets. En espérant qu'il se retape assez pour être à 100 % pour l'outdoor, vu qu'il n'y a plus grand chose à espérer en SX, et qu'une victoire paraît, aujourd'hui, un objectif bien lointain à atteindre...

A part ça ? La « bromance » continue entre Weimer et Barcia, encore à la bataille en heat avant de se retrouver tous les deux par terre dans l'accrochage avec Peick. C'est beau, ces amitiés viriles qui naissent sur les terrains.
Les essais ont eu lieu dans une boue toute normande. Ainsi, les pilotes sont partis en heat sans avoir sauté la plupart des enchaînements, et ça s'est vu. C'est rare de voir les meilleurs pilotes de SX au monde se louper autant, hésiter avant les sauts, se tromper de rythme... Mais c'était distrayant !

En 250 Est, on sait que personne ne semble vouloir ce titre depuis le début du championnat et les nombreux rebondissements qui ont suivi. On en a eu une nouvelle preuve samedi. On pensait cette course dans la poche pour Malcolm Stewart, avant qu'il ne baisse franchement de rythme et ne se fasse passer par Martin Davalos, bien revenu après un départ moyen, puis Jérémy Martin, encore plus mal parti. McElrath aurait du en profiter lui aussi, mais est resté derrière Mookie sans trouver l'ouverture... Quant à Plessinger, seulement cinquième après un départ raté également, il a perdu une belle occasion de reprendre des points. Tout comme J-Mart, pourtant impressionnant samedi. De la vitesse dans les whoops, de l'intensité dans les enchaînements et les virages, il est entrain de comprendre ce truc appelé SX. Par contre, il va vraiment falloir faire quelque chose pour ces départs... Dommage qu'il ait commis trop d'erreurs à un moment clé de la finale pour aller chercher Davalos et les précieux points qui vont avec. Et, de fait, Mookie se rapproche un peu plus de ce premier titre qui lui tend les bras, avec cinq points d'avance sur Plessinger et quatorze sur J-Mart. Reste à voir comment ça va se passer à Vegas avec la côte Ouest...
Notre Frenchie Cedric Soubeyras n'a pas connu la course escomptée. Bien en heat, à la bagarre un moment avec Martin, il a crevé de l'arrière, avant de tomber dès le premier tour d'un LCQ qu'il boucle à la sixième place. Il ne manque pas grand chose, mais il le manque quand même... Au moins, il devrait être là à Vegas lui aussi.
En parlant de LCQ, celui-ci valait le coup d’œil, avec des pilotes qui volent à gauche et à droite dans tous les sens. Un moment, ça ressemblait plus à de l'endurocross qu'à du SX ! Sur cette cote, le roi du holeshot est bien Dakota Alix. Dommage que le pilote KTM mesure le terrain d'aussi près si souvent ! Enfin, un petit mot pour Jeff Emig, notre Ron Burgundy du SX, qui n'a toujours compris que Paul Coates venait d'Angleterre, et non de Floride. Quant à Soubeyras, il a juste su nous dire qu'il était français, sur une moto Bud Racing, sans plus de précisions. Un peu juste, comme info... Mais pas faux, on se console comme on peut.

Allez, rendez-vous la semaine prochaine, quasi-live from New-York. A trois ou quatre jours près.