MX US : Joe Savatgy et Ryan Dungey vainqueurs



super Marvin Musquin !

Photo Simon Cudby - RacerX

MX US : Joe Savatgy et Ryan Dungey vainqueurs

Fidèle à sa légende, la piste d’Unadilla a offert un formidable spectacle ce samedi, avec au moins trois manches sur quatre d’une rare intensité.

Si, en catégorie 450, le leader a encore accru son avance, s’imposant par deux fois, et file quasi-à coup sûr vers le titre, en petite cylindrée le duel Jeremy Martin-Marvin Musquin s’est encore intensifié, la balance penchant dans un premier temps en faveur du champion sortant pour obliquer ensuite dans l’autre sens, celui du challenger. Bref, arrivé dans l’état de New York avec quatre points de retard sur son rival, voici Marvin Musquin revenu à deux toutes petites unités du numéro 1. A deux épreuves du terme ce championnat 250 va sûrement nous tenir en haleine jusqu’à la dernière seconde !

Marvin grignote !
Le championnat 250 2015 risque fort de marquer l’histoire du motocross US. Une édition remarquable, caractérisée par un duel d’anthologie entre deux champions exceptionnels qui depuis l’épreuve d’ouverture au mois de mai ont entamé un match épique au cours duquel ils se rendent sans cesse coup pour coup, une sorte d’affrontement à distance dans la mesure où contre toute attente ils se sont très rarement croisés en piste, n’ont que très peu bagarré « pour de bon » sur le terrain, alternant plutôt chevauchées fantastiques et performances moins abouties pour l’un (Jeremy), domination assez nette et petites erreurs qui coûtent cher pour l’autre (Marvin).

Toujours est-il qu’à deux épreuves de la fin, après dix rounds et vingt manches, les voici quasiment à égalité : rien n’est fait et, à Tooele, dans l’Utah, près de Salt Lake City, samedi prochain, c’est pour ainsi dire un nouveau championnat sur deux courses, quatre manches, quatre départs, qui va démarrer pour enfin désigner l’élu.

A Unadilla, Marvin Musquin avait commencé par signer le meilleur chrono des essais le matin, puis il a pris un bon envol en première manche mais, une fois encore, il a hélas commis une petite erreur, oh presque rien, se tankant trois-quatre secondes à peine dans une ornière, mais il a perdu plusieurs positions et surtout s’est fait doubler par Jeremy Martin, qu’il avait pourtant devancé au départ. Très à l’aise sur la prairie new-yorkaise, le Français est vite revenu derrière les deux Kawasaki-Pro Circuit de Joe Savatgy et Chris Alldredge, déchaînés, mais n’a jamais pu les dépasser, aux prises avec un écran de lunettes baladeur et de la terre dans les yeux. Ainsi le n°1 a-t-il non seulement remporté un nouveau succès assez aisé, une fois les deux KXF avalées, mais il a profité de la présence de ses deux poursuivants pour reléguer son adversaire à sept points, la différence entre une première et une quatrième place… En seconde manche, en revanche, le pilote Yamaha a complètement loupé son départ tandis que son rival français se lançait à la poursuite de Savatgy, décidément dans un grand jour, avec Cooper Webb (qui avait chuté en première manche) dans sa roue. La bagarre entre la KTM n°25 et la Yamaha n°17, parfois très « hot », a duré toute la course, jusqu’à ce que Webb s’explose sévèrement sur un gros saut à deux tours des damiers.

C’est donc à Savatgy (2/2) qu’est revenue la victoire au général. Ça faisait une paie que le team de Mitch Payton n’avait pas connu le succès ! Second (4/1), Marvin refaisait donc neuf de ses onze points de retard face à J-Mart’, bien revenu en fin de parcours (1/5) et troisième du jour. Avec ce succès, le pilote Pro Circuit déborde au classement provisoire un Zach Osborne dans un jour sans, auteur de départs catastrophiques (9/15). De même que pour le titre, ça risque d’être très tendu lors des deux derniers rendez-vous de la saison, pour la troisième manche du podium et les accessits, entre Joe Savatgy, Zach Osborne, Jessy Nelson et Alex Martin, séparés par vingt-deux points seulement…    

Merveilleux Roczen… 
Certes, il n’a pas gagné et il a même perdu du terrain sur l’ensemble de la journée par rapport à Justin Barcia, avec qui il est arrivé ex-aequo à Unadilla. Mais ce qu’a montré l’Allemand en seconde manche fut tout à fait extraordinaire ! En effet, à terre dès le second virage sans rien pouvoir faire, l’Husky de Christophe Pourcel, apparemment gêné par Justin Barcia, se couchant juste sous ses roues, le champion 2014, malgré un genou douloureux et une poignée de frein cassée, a repris la piste, quasi-dernier, pour aller chercher une seizième place et sauver quelques points précieux. Belle démonstration de courage, déjà, mais on n’avait encore rien vu : au second départ, lancée dans le top-ten, guère mieux, la Suzuki bardée du n°1 est revenue à mille à l’heure aux avant-postes, débordant tous ses concurrents pour se lancer à la poursuite du leader, Ryan Dungey. Et, trente minutes durant, K-Roc’ a alors mis la pression sur son ex-coéquipier, les deux hommes signant des chronos de folie (le record du tour sur la manche revenant au pilote Suzuki-RCH) malgré l’état de la piste, bien défoncée en fin de journée. Ce qu’on appelle faire preuve d’un formidable esprit de combativité, d’un superbe sursaut d’orgueil aussi. Certes, cette année il n’a pas été ménagé par les ennuis de toutes sortes et va devoir laisser échapper « sa » couronne MX après avoir dû déclarer forfait en pleine saison SX, mais Ken Roczen reste bel et bien cette formidable bête de course, ce prodige du cross mondial qui nous épate depuis ses débuts si précoces et son irruption sur la scène des Grands Prix. C’était en 2009 au Portugal, il venait d’avoir 15 ans…

Malgré ces efforts surhumains, l’Allemand (16/2), s’il aura incontestablement marqué Unadilla 2015 de son empreinte, a finalement perdu du terrain sur celui qui, c’est désormais quasi-acquis, va lui succéder au palmarès, Ryan Dungey (1/1), auteur d’une journée en tous points parfaite, d’un nouveau sans-faute malgré le forcing subi en seconde manche. Roczen a aussi dû céder quelques points (treize) à Barcia (2/4), un Bam Bam un peu entamé en fin de deuxième course mais second au général devant Trey Canard (3/6), qui peu à peu retrouve son niveau.

Arrivé en guest-star à Unadilla, l’Ecossais Shaun Simpson, vainqueur six jours plus tôt du GP de Belgique, a réalisé quant à lui une super perf’ (4/8), sur un terrain très différent il faut bien le dire, même s’il a un peu souffert en fin de seconde manche (rien d’étonnant à cela !). Belle démonstration, une fois de plus, du bon niveau des Euros…
Signalons que Chris Pourcel, auteur du meilleur chrono le matin et donc super motivé sur cette piste qu’il adore, s’il a vu tous es espoirs s’envoler dès sa chute peu après le premier départ, a confirmé en seconde manche (23/3) qu’il était tout à fait dans le coup. En 450, comme en deux-et-demie l’an passé…

Enfin, prestations très moyennes de la part de Blake Baggett (13/7) et Jason Anderson (7/14), mais bonnes rentrées de Dean Wilson (11/10) ainsi que de Justin Bogle, même si les résultats bruts sont peu convaincants (10/36). Le pilote Geico, blessé à Hangtown, devra passer en 450 en 2016 (il a été champion 250 SX East 2014), c’est pourquoi il a choisi de finir la saison en grosse cylindrée (il cherche un guidon pour l’an prochain) et ses débuts dans la catégorie ont été remarquables : sur la moto de Tomac, le natif de l’Oklahoma a longtemps tenu la troisième place en première manche avant de s’écrouler dans les deux derniers tours et il pointait encore aux avant-postes lorsqu’il a chuté violemment peu après le second départ…