San Diego 2016 et ce qu'on peut en dire



Par Ganjaman - photos copyright Simon Cudby / Constructeurs

San Diego 2016 et ce qu'on peut en dire

Les deux vainqueurs de l'épreuve de San Diego étant les deux champions sortants, la soirée n'a connu les sommets mélodramatiques d'Anaheim 1. Pour autant, on ne s'est pas non plus ennuyé au sud de la Californie, sur un circuit assez basique qui ne facilitait pas les dépassements. Voici ce que j'ai vu de mon canapé.

Après une ouverture électrique à Anaheim, la course de San Diego s'est révélée bien moins excitante, il faut bien le dire. C'est souvent ce qui arrive quand Ryan Dungey part devant, en même temps. Vainqueur de sa heat, départ dans le top 3, tchao tout le monde. Notez que le Dunge peut faire un gros bisous à Chris Pourcel, qui a serré Chad Reed dans le virage après les whoops, ce qui a permis à Ryan de se faire les deux en même temps. Après, il ne restait plus qu'à déboîter Brayton (facile) et Friese (moins facile). Bref, autant la semaine dernière, le champion en titre avait été solide mais paraissait quand même un poil en dedans, autant il a dominé son sujet à San Diego, malgré un Chad Reed des années 2000. et hop, juste comme ça, RD prend la plaque rouge, et il va falloir aller la chercher, maintenant... Pensez que des prétendants au titre comme Roczen (- 16) ou Canard (- 19) sont déjà relégués bien loin aux points. Pour reprendre 19 points à un mec qui a terminé les treize derniers SX 1er ou 2e, bah... Disons que ça ne va pas forcément être simple.

Pourtant, ça roule derrière. La performance de Reed notamment, est à souligner. Deuxième derrière le 5 en heat comme en finale, et plus rapide dans les whoops, voici de quoi bâtir pour Reedy. D'autant que ses départs, moyens depuis un moment, ont l'air de revenir au bon moment. Toute la semaine dernière, Reed les a enchaîné à l’entraînement avec son pote Michael Byrne. Résultat de tous ces cloches Hinson fondues, un vrai mieux ce week-end. Quatrième à dix points de la tête, mais surtout déjà si prêt à ce moment de la saison, ce type est décidément un monstre du SX qui, en plus, sait gérer un championnat sur la durée. Sans parler du style... Pfff, c'est quand même la grande classe, ce Reed. Difficile de dire s'il sera là jusqu'à la fin, mais au moins il rend ce début de championnat excitant.

Cole Seely doit commencer à en avoir sérieusement ras la casquette TLD de ce Jason Anderson.

Cole Seely (#14) doit commencer à en avoir sérieusement ras la casquette TLD de ce Jason Anderson. Pas super bien parti mais vite revenu devant sans forcer son (immense) talent, l'officiel Honda faisait il est vrai un peu bouchon jusqu'à ce que JA21 décide de le bouger de là, comme il avait bougé Barcia en heat. Encore un podium, quoiqu'il en soit, pour Seely, après le déclassement de Jason pour avoir fait double sur le triple sous drapeau croix rouge. C'est interdit, il faut enrouler... Même avec cette péripétie, il a encore été bien bon, ce Anderson. Et quel plaisir de voir enfin un pilote s'occuper sérieusement de Barcia comme il se doit ! Un Barcia d'ailleurs prompt à aller faire sa pleureuse ensuite, lui qui, d'un, bouchonner et recouper partout comme un malpropre, et, de deux, a commis ce genre de « faits de course », comme on dit pudiquement, des dizaines de fois juste dans les deux dernières saisons. De toutes façons, on n'est pas près de revoir Justin, lui qui va soigner son pouce meurtri par une chute en VTT avant A1. C'est dangereux, le vélo. 
Eli Tomac (portrait ci-dessous) a fait du Tomac version 2016. Départ moyen, remontée prudente, des bons points pris. Il va sans doute falloir attendre encore quelques semaines pour retrouver le vrai prétendant à la victoire qu'il est, mais au moins il engrange au lieu de vendanger, signe d'une nouvelle et bienvenue maturité. Moi, ça me plaît, en attendant mieux.

Par contre, il y a soucis pour les deux suivants dans la liste, Ken Roczen et Trey Canard. Kenny manque franchement de bol ces deux premières courses, malgré une vitesse suffisante pour gagner. Départ pourri et chute à A1, départ correct mais sortie de piste à SD, il va falloir remettre de l'ordre dans la maison pour espérer avoir une chance de titre. Il ne suffit pas de grand chose, une victoire, par exemple, pour remettre le train sur les rails, mais ça va bientôt urger. Idem pour Trey, pas dans son assiette de la soirée à SD. Pas super rapide, peu inspiré au moment de doubler, il a passé une finale difficile après un départ indigne de son statut. À ce qui se dit, le débriefing post-race a été très long chez Honda. Espérons qu'il ait abouti sur du concret...
Vous noterez, si ce n'est déjà fait, que le top 7 est identique sur les deux premières courses, même si l'ordre est différent. Coïncidence ? Probably not. Derrière les Big7, un revenant, Jake Weimer. Et ça fait plaiz', vu ce que le gars a enduré ces deux dernières années. Ok, il est loin du rythme des premiers, mais quand on voit les noms derrière la grille, 8, c'est pas si mal. À fortiori avec une machine qu'on imagine loin du niveau des KTM factory ou BTO (quasi identiques, en même temps), de la Kawa de Will Hahn ou de la Suz de Tickle, entre autres. C'est une grosse année pour Jake, de celle qui peuvent relancer ou conclure une carrière. À suivre.

Pourcel, Pourcel, Pourcel... Ce garçon est quand même à part, à tout point de vue. Encore une fois, il a déchiré les qualifs. Encore une fois, il est bien parti à chaque fois. Encore une fois, il finit loin. En même temps, qui peut arrêter le SX pendant cinq ans, et revenir jouer devant de suite ? On ne sait pas, c'est jamais arrivé ! Interrogé par Jason Weigandt (racerxonline.com), il lui a dit qu'il fallait qu'il s'habitue de nouveau « à sauter à côté d'autres mecs », mais que « ça ira mieux à partir de la septième épreuve ». J'ai regardé, ça tombe le 20 février, à Arlington, Texas. Franchement, il ferait podium là-bas que ça ne m'étonnerait absolument pas.

Le résultat de Justin Brayton ne fait pas rêver sur le papier, mais il a perdu son frein arrière au sixième tour. Du coup, ça sonne mieux. Lui aussi peut prétendre bousculer les Big 7 dans un bon jour, d'autant qu'il part bien. Facile, en même temps, quand tu roules KTM/HVA (c'est pareil). Andrew Short l'an dernier avait lancer la mode du départ en 3 et alignait holeshot sur holeshot. J'ignore si tous les pilotes KTM/HVA font de même, mais ils ont fait TOUS les départs devant ce WE, à part la semi 2. Et encore, Pourcel était tout près. Impressionnant. Pour finir sur KTM, content de revoir Dean Wilson enfin à son vrai niveau en heat. Il en avait déjà gagné une à Daytona sur la Kawa TwoTwo, mais c'était il y a dix-huit blessures au moins... La finale a été moins bonne, mais ça progresse à petit pas. Pareil pour son collègue de boulot Marvin Musquin. Auteur d'un super temps en finale (au 17e tour, s'il vous plaît !), qui le place en vitesse pure avec les gros poissons, reste à MM à prendre un bon départ et à ne pas regarder les noms sur les maillots autour de lui pour enfin s'affirmer et rouler au niveau de son potentiel. Baby steps, là aussi...

Pas de James Stewart au départ, ça ne vous aura pas échappé. JS7 a bien essayé de rouler aux essais, mais il ne sentait pas assez bien pour envisager d'aller se frotter au pack. Une sage décision du camp Stewart, c'est suffisamment rare pour être signalé...

Chez les deux et demi, l'histoire va vite tourner au Webb show, surtout sans Nelson. Pourtant, c'était pas gagné avec un tel départ. Mais visiblement, les autres sont déjà prêts à renoncer dès qu'il voit la plaque rouge, même des favoris comme Savatgy. Le seul à avoir opposé une résistance, c'est Osborne. Dommage que ce soit de façon aussi désordonné. Son intérieur avant les whoops n'avait quasi aucune chance d'aboutir, et l'a privé d'une possibilité de réplique plus loin. En plus, il s'y met tout seul ensuite. Bref, CW1 a fait un pas de plus vers le Grand Chelem. À moins que Savatgy se fasse bien botter le cul par la mère Carmichael cette semaine, étant donné qu'elle n'a pas du trop aimé ce qu'elle a vu samedi. Ou Craig, mais il va vraiment falloir des circonstances très favorables. Jordon Smith, lui, est déjà bien content de finir une finale sur ses roues (et sur le podium, du coup, career best). Au rayon bonnes surprises, il y aurait pu y avoir Decotis, mais, comme d'hab', il a chuté... Du coup, je vote Colt Nichols. Déjà en vue l'an dernier avant de se blesser, le pilote Rock River/Yamaha entre dans le top 5, au milieu des machines d'usine. Avec un peu d'expérience, lui aussi va vite en récupérer une. Autre pilote à suivre, Hayden Mellross. Auteur d'une superbe heat et d'un bon départ en finale avant de se faire sortir de la piste, l'australien ne sera pas tout du suite régulier dans ses résultats, c'est un fait, mais il a du talent et de la vitesse. Et ses parents ont assez de thunes pour l'envoyer s’entraîner chez Tim Ferry encore un bon moment... A suivre.

Maxime Desprey a super bien roulé en heat, avant de se sortir tout seul l'arrivée en vue. Pas de bol. Comme en LCQ, où, pas si mal parti, il pouvait largement passer là aussi avant de s'empéguer dans la brêle d'un gars par terre. Ça va le faire pour Maxime, un top 10 est de plus en plus envisageable, selon moi. Pour Thomas Do, la situation est un peu similaire, mais il part trop loin. Et la seul fois où il réalise un départ correct, il se fait emmener en bout de ligne droite... Bienvenue en SX US ! C'est toujours mieux que pour le Hollandais pas si volant Nick Kouwenberg, champion d'Europe en titre. Espérons que le temps s'améliore en Californie, qu'il profite au moins de ses vacances tous frais payées...

Allez, @ la prochaine fois pour le retour à Anaheim !